Prix des équipements de série à regarder à la loupe

Il est difficile de s’y retrouver dans le maquis des équipements de série, sur catalogue, en fonction d’un prix de vente donné et sans tenir compte des séries spéciales «permanentes» (souvent richement dotées) ni des efforts commerciaux de telle ou telle marque pour les ventes «sociétés». Nous avons donc systématiquement retenu pour mieux comparer les modèles, les versions d’entrée de gamme avec le petit moteur diesel, à défaut, le bloc diesel « calibré et étudié » pour les flottes (puissance administrative sous les 7 CV).

- Magazine N°141
478

Contrairement à une idée largement répandue, les premiums allemands Audi A3, BMW Série 1 et Mercedes B, ne sont pas moins équipés que les généralistes européens. Ces trois là sont tout simplement plus chers à l’achat et très bien dotés dès l’entrée de gamme, surtout en équipements électroniques de sécurité ou de confort (climatisation automatique bi-zone par exemple). Ce sont plutôt les généralistes qui tentent le discours inflationniste pour faire grossir la facture… et la marge qui va avec.

Ainsi, une Audi A3 1. 9 TDI 105 ch «e» Attraction (seule finition disponible) est à 24 750 euros avec un équipement très complet mais il faudra négocier le régulateur de vitesse à 380 euros. Comparativement, une BMW 118d de 143 ch Première, à l’équipement de série quasi identique, est facturée 25 550 euros, soit 800 € de plus, une «misère» pour une quarantaine de chevaux supplémentaires ! Et le régulateur de vitesse n’est facturé «que» 270 euros. C’est donc surtout la Mercedes B180 CDI de 109 ch Classic qui est, à 27 200 €, vraiment beaucoup plus ou trop chère… Mais les remises en concessions sont meilleures que pour les deux autres allemandes. Citons aussi dans les premiums la Volvo C30 (dont une version 5 portes est prévue pour 2009) qui avec le 1. 6 D 110 ch PSA-Ford décroche un bonus de 200 € et se positionne en prix à 21 650 € en entrée de gamme bien équipée (régulateur de vitesse à 290 €).

L’inconnue Golf

Pour rester sur le terrain des allemands, on ne connaît pas encore les tarifs de la VW Golf 6 mais si l’on s’en tient à la génération actuelle, une Golf 1. 9 TDI 105 ch Blue Motion Trendline est à 20 800 € sans espoir d’une bonne remise, soit nettement moins qu’une Audi A3 en tout point équivalente… Cherchez l’erreur !

Pour passer sous la barre des 20 000 euros et rester chez un constructeur étranger, il faudra alors miser sur une Ford Focus 1. 6 TDCi 90 ch (le 110 ch est au dessus de 20 000 €). Mais les ventes sociétés se font surtout avec la version Econetic, développée sur le 110 ch avec pneumatiques «verts», suspension abaissée, kit aérodynamique et filtre à particules : le CO2 retombe à 114 g/km (4,3 l/100 km). A partir de 20 450 € en 3 portes Trend, soit un prix identique à la VW Golf ou l’Opel Astra 1. 7 CDTI 100 ch Enjoy. Pour la marque à l’éclair, ce moteur n’est pas vraiment le plus intéressant (agrément de conduite et consommation) puisqu’il n’est pas au bonus comme ses concurrents. Il faudra alors choisir une Astra 1. 3 CDTI de 90 ch, à 19 799 € Enjoy pour empocher un bonus de 200 €. En plus d’une remise conséquente accordée généralement par Opel France.

Françaises : la 308 en attendant la Mégane

Les trois françaises n’ont pas à rougir de la concurrence allemande généraliste. Et il faudra juger sur pièces la nouvelle Renault Mégane pour savoir si la production hexagonale peut définitivement dépasser le niveau de qualité des Ford et Opel. C’est déjà le cas pour une Peugeot 308, au meilleur indice de qualité perçue pour une généraliste mais la Citroën C4 souffre (déjà) de sa conception plus ancienne. D’ailleurs, elle est dépassée par sa sœur Peugeot 308 au niveau des motorisations diesel puisque cette dernière offre le bonus de 700 euros pour la version 120 g/km de CO2 sur le 1. 6 HDi de 90/ 100 ch alors que la C4 1. 6 HDi 92/110 ch n’est qu’à 200 euros de bonus (La C4 qui vient d’être restylée est proposée en version Airdream avec le 1,6 litre (HDi 92, HDi 110 FAP avec boîte manuelle et BMP6). Dans ces configurations, leurs consommations se situent dorénavant à 4,4 l/100 km en cycle mixte et leurs émissions de CO2 respectives sont réduites à 117,119 et 118 g). D’ailleurs, la marque au double chevron se positionne en dessous de la Peugeot 308 avec un premier modèle d’accès à 18 500 euros (HDi 92 Coupé) contre 18 900 euros pour son homologue du lion, toutes deux sans climatisation ni ESP… De ce point de vue, Renault a toujours mieux équipée ses voitures, la Mégane actuelle emportant une climatisation dès l’entrée de gamme 1. 5 dCi 85 ch. Mais attendons la nouvelle génération pour voir à quel niveau de prix Renault positionne sa compacte qu’elle veut plus «premium», à l’image de ce que Peugeot a consenti et ambitionné pour sa récente 308. Du côté des italiennes, nous éliminerons d’office l’Alfa 147 qui accuse le poids des ans et se révèle hors course pour sa qualité de finition, son agrément de conduite ou encore ses performances dynamiques. Attendons la prochaine MiTo pour mieux apprécier une Alfa ! Du côté de Turin, la Fiat Bravo se défend très bien mais pâtit toujours d’une image de marque peut séduisante en flottes à ce niveau de gamme. Pourtant, une Bravo 1. 6 MJT en 90/ 105 ch a de quoi plaire avec 700 € de bonus et un moteur performant pour un prix débutant à 19 300 euros en Dynamic (avec les remises que l’on connaît…). Même remarque pour la nouvelle Lancia Delta qui en reprend la plate-forme allongée à l’extrême ainsi que le 1. 6 MJT poussé à 120 ch pour 24 500 euros en Oro (un peu cher tout de même !).

Des challengers nombreux et ambitieux

Plus modeste et réaliste, la marque Seat positionne sa Léon 1. 9 TDI 105 ch Ecomotive à 20 300 € en Reference qui pourra satisfaire les gestionnaires de flottes en mal d’habitabilité et séduit par le bonus à 700 euros. Même remarque pour une Kia Cee’d dont le 1. 6 CRDI en 115 ch autorise 200 euros de bonus pour un prix équivalent de 20 100 euros. Sa cousine Hyundai i10, fabriquée elle aussi dans l’est de l’Europe (l’une en République Tchèque, l’autre en Slovaquie) qui propose le 1. 6 CRDI en 115 chevaux avec 200 € de bonus et un prix de 20 120 euros.

Dans le même groupe de marques «populaires» par leurs prix serrés (de moins en moins il faut bien le dire), on retrouve la Mazda3 avec le 1. 6 MZ-CD de 109 ch (Ford-PSA) avec bonus de 200 euros à 21 200 euros en Elegance. Sa version 90 ch fait tomber le prix à 18 800 € en Harmonie (20 100 € en Elegance). Terminons par les deux autres compactes japonaises avec d’une part, la Honda Civic 2. 2 CDTI de 140 ch débutant à 22 150 euros en 5 portes Confort (pas de bonus), et, d’autre part, la Toyota Auris en 1. 4 l D-4D de 90 ch à 18 400 € en Linea Terra et 20 150 € en 2. 0 l D-4D de 126 ch, plus recommandable pour emmener cette lourde compacte qui se révèle par ailleurs confortable, sûre, spacieuse et très homogène. Mais pour qu’elle soit correctement équipée en sécurité avec l’ESP, il faudra choisir la finition Linea Sol, troisième niveau et obligatoirement en 126 ch, soit au tarif de 22 600 euros. Un choix hautement recommandable ;