Renault déploiera une flotte de VE en libre-service à Belle-Île-en-Mer

Dès 2019, les habitants et visiteurs de Belle-Ile-en-Mer pourront utiliser une flotte de Zoé et de Kangoo Z.E. en autopartage et rechargées grâce au surplus d’électricité renouvelable produit par des bâtiments publics.

1929
Projet FlexMob'Île à Bellle-ïle-en-Mer

Après l’île de Porto Santo au Portugal, c’est au tour de Belle-Île-en-mer de servir de terrain d’expérimentation à un écosystème électrique intelligent. Baptisé « FlexMob’Île », le projet s’inscrit dans la continuité du programme « Smart Fossil Free Island » initié par Renault et le gouvernement de Madère. Outre Renault, le projet compte quatre autres partenaires : la Communauté de communes de Belle-Île-en-Mer, le syndicat Morbihan Énergies, le réseau de bus les Cars Bleus et Enedis.

D’une durée de 24 mois, le projet vise à réduire l’empreinte carbone de l’île tout en développant son indépendance énergétique. « Notre objectif reste le même que lors du déploiement de Porto Santo : concevoir des solutions globales, avec des technologies déjà bien éprouvées et d’autres qui sont plus nouvelles, pour répondre à des besoins locaux », a précisé Gilles Normand, directeur du véhicule électrique pour le Groupe Renault.

Dès 2019, un service d’autopartage électrique en libre-service sera ainsi déployé sur l’île. La flotte de VE, composée de Zoé et de Kangoo Z.E., disposera d’un réseau de bornes de recharge situées à proximité des points d’intérêt de l’île. Ces dernières seront en partie alimentées par le surplus d’énergie de panneaux solaires qui seront installés sur les toits des principaux bâtiments publics.

Les VE pour stocker le surplus d’électricité renouvelable

« Grâce au système de recharge intelligente, nous pourrons déclencher la recharge des voitures électriques quand le bâtiment produit plus d’énergie qu’il n’en consomme », explique Gilles Normand. « Par exemple, les panneaux solaires installés sur le toit de l’école chauffent et éclairent les salles de classe en semaine. Mais l’énergie produite le week-end ou pendant les vacances scolaires sera utilisée pour charger les voitures », illustre le constructeur. Le constructeur a fournira également des batteries de seconde vie issues de ses VE à l’un des villages-vacances de l’île. Celles-ci serviront à stocker l’énergie de panneaux solaires pendant la journée pour la restituer le soir, principalement pour chauffer les bungalows.

Renault n’a pas encore dévoilé le nombre de véhicules ni de bornes. En revanche, il est presque certain que le constructeur lancera d’autres projets de ce type : « Les optimisations mises en place à Belle-Île-en-Mer sont réplicables sur d’autres îles, mais aussi à l’échelle de villes ou de quartiers », a en effet déclaré Gille Normand.

PARTAGER SUR