PSA dans les « starting-volts » pour développer des véhicules électriques

Refroidi par son échec des années 90, PSA avait du mettre un frein à ses projets de développer les véhicules électriques en France. Mais la donne a radicalement changé.

- Magazine N°150
364
PSA dans les « starting-volts » pour développer des véhicules électriques

En France, l’Etat s’apprête à lancer un appel d’offres pour l’acquisition de 100 000 véhicules électriques à l’horizon 2012 et Renault et PSA ont tous deux reçu une manne de 400 millions d’euros en prêts bonifiés pour investir dans la recherche et le développement des véhicules «décarbonés». De quoi redonner un élan à ce marché.

Du coup, le constructeur accélère sa stratégie VE. Il mettra un premier véhicule sur le marché dès la fin 2010. En l’occurrence, une version rebadgée de la citadine i-MiEV de Mitsubishi, qui cohabitera avec le modèle de marque nippone. Alimentée par des batteries lithium-ion, elle offre 160 km d’autonomie. Rappelons aussi que PSA, associé à Venturi, a remporté le marché pilote de 500 véhicules électriques lancé par la Poste.

Le véhicule proposé est le Berlingo First électrique (batteries nickel et chlorure de sodium, 100 km d’autonomie),en cours d’évaluation. Le constructeur a par ailleurs conclu un partenariat avec EDF sur les technologies batteries, les systèmes de charge et l’interface véhicule infrastructure ainsi que la définition de modèles économiques associés. Enfin, PSA travaille au développement d’un véhicule électrique polyvalent de type hybride « plug-in ». Son autonomie électrique sera de l’ordre de 50 km, avec la possibilité de recharger le véhicule pendant les arrêts (travail, domicile, parking, centres commerciaux). « Le mérite de cette solution est de s’affranchir non seulement des problèmes d’autonomie du véhicule électrique pur mais également du temps de recharge batterie ou d’un réseau de bornes de recharge embryonnaire », explique PSA.