Quel financement pour quel bilan ?

Le choix du financement des véhicules est dicté en premier lieu par la trésorerie mais aussi par les stratégies d’habillage du compte d’exploitation.

- Magazine N°217
590

Au niveau comptable, l’achat passe en immobilisations au bilan. L’amortissement et les intérêts sont déduits du bénéfice.

Lors de la revente d’un véhicule, l’entreprise est imposable sur les plus-values si le prix de cession est supérieur à la valeur comptable. « Un point de détail qui peut coûter cher. Au bout de cinq ans, le véhicule est amorti et vaut zéro sur le plan comptable. Si l’entreprise le revend, la somme passe en plus-value », rappelle Robert Maubé pour RRMC.

La location d’un véhicule passe en charges, ce qui permet une optimisation fiscale. La LDD simplifie donc la gestion comptable et fiscale : il n’y a pas d’amortissements à comptabiliser et de plus-values éventuelles à régler lors de la sortie de l’actif. Système hybride, la LOA passe dans les charges jusqu’à la levée de l’obligation d’achat. Le véhicule glisse alors à l’actif du bilan.