Qu’en pensent les loueurs longue durée ?

Les loueurs longue durée sont un peu coincés entre le marteau et l’enclume quand on évoque le rôle des enseignes de réparation rapide dans l’entretien de leurs parcs.

- Magazine N°158
614
Enseignes de réparation rapide : Qu’en pensent les loueurs longue durée ?

« Nous restons à 100 % sur le réseau constructeurs pendant toute la vie du véhicule en contrat chez Arval », explique Alain Moutiers, directeur des opérations. Les arguments des loueurs sont désormais bien connus. Ils entretiennent d’excellentes relations avec les constructeurs. Seuls les réseaux constructeurs sont à même de faire l’ensemble des opérations d’entretien et de maintenance sur un véhicule. Les spécialistes de la LLD mettent aussi en avant la garantie et le savoir-faire, la rapidité d’exécution des constructeurs ; en un mot, ils apprécient « l’offre homogène que leur proposent les centres autos des grandes marques».

« Un certain nombre d’opérations ne peuvent pas être réalisées par les enseignes de réparation indépendantes, comme la remise à jour des paramétrages des calculateurs électroniques, rappelle Alain Moutiers. Et lors des opérations d’entretien, le constructeur effectue des remises à niveau sans nous le dire. C’est automatique et cela fait partie du contrat sécurité et confiance que nous entretenons ensemble. »

A entendre les loueurs, la voie semble donc bien étroite pour les enseignes de réparation rapide sur le terrain de la révision, d’autant que 90 % des clients Arval souscrivent la prestation entretien, tout comme la quasi-totalité des clients d’ALD Automotive. « Nous ne notons pas de départs massifs de nos clients sur cette prestation, signe qu’il n’y a pas aujourd’hui de véritable avantage concurrentiel. » Même l’allongement de la durée des contrats LLD ne paraît pas susciter chez eux d’interrogations particulières. La situation évoluera… peut-être, mais pas dans l’immédiat.

Les loueurs se montrent en revanche beaucoup plus ouverts –et diserts- sur leurs relations commerciales avec ces réseaux pour le vitrage, les pneus ou la carrosserie. « Nous mettons en concurrence les constructeurs et les enseignes indépendantes sur les autres prestations (pneumatiques, vitrerie, carrosserie, et la balance penche en faveur des indépendants dans un rapport 80/20 », reconnaît Alain Moutiers. Clairement les réseaux constructeurs ont en quelque sorte «abandonné» ce marché aux enseignes de réparation rapide. « S’ils investissaient et revoyaient leur prix, ils pourraient peut-être inverser la tendance, ajoute-t-il. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, les enseignes ont su innover et mettre en oeuvre des outils qui nous intéressent, comme la prise de RV en ligne, les interventions sur site. Autant de démarches qui réduisent les durées d’immobilisation.»

PARTAGER SUR