Range Rover Evoque 2 : le bon filon

Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre : le Range Rover Evoque, le SUV compact de Land Rover, revoit tout de fond en comble mais conserve son style et son identité.

1753
Range Rover Evoque

Né en 2011, le « petit » Range Rover Evoque s’est vendu à plus de 772 000 exemplaires dont plus de 30 000 en France. Son restylage de 2015 n’a que peu modifié un design très bien né. Et pourtant, son châssis et sa plate-forme étaient déjà un peu anciens dès sa naissance. De fait, il les avait hérités du vénérable Freelander auquel il a succédé. L’objectif était de mieux faire accepter qu’un Land Rover pouvait aussi mesurer tout juste 4,37 m de longueur (encombrement conservé ici), être emmené par un 4-cylindres et n’avoir que deux roues motrices.

C’est donc son style reconnaissable entre tous qui a fait le succès de ce Range Rover Evoque. Et cette dernière génération commercialisée au printemps 2019 en reprend les codes, tout en intégrant le design récent et tout en rondeurs du Range Rover Velar. Et tout en inaugurant enfin une nouvelle plate-forme, la Premium Transverse Architecture, vue sous les récents Discovery Sport ou sous l’E-Pace chez Jaguar.

300 ch à moins de 150 g de CO2

Car ce qui compte dorénavant pour le Range Rover Evoque, c’est sa capacité à proposer une architecture hybride légère (alterno-démarreur 48 V) en essence comme en diesel (149 g, 5,6 l/100 km et deux roues motrices BVM). Mais aussi à aligner une version hybride rechargeable d’ici fin 2019 : celle-ci repose sur un futur 3-cylindres essence de 200 ch et 280 Nm, complété par un moteur électrique de 108 ch/260 Nm. Positionné sur le train arrière, ce moteur électrique est alimenté par une batterie de 11,3 kWh prévu pour fin 2019 (moins de 50 g de CO2).

Ces modèles seront complétés par le 2.0 l turbodiesel Ingenium « classique » de 150 ch qui pointe à 143 g en NEDC corrélé (5,4 l/100 km en 4×2 et BVM), mais aussi en 180 et 240 ch pour les versions 4×4. Le 2.0 l essence 4-cylindres Ingenium poussera l’avantage en 250 et 300 ch. Comptez à partir de 39 350 euros pour le 2.0 l turbodiesel de 150 ch en traction avant et boîte manuelle.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter