Les indicateurs de l’ADR en faveur de l’électrification et l’innovation automobile

D’après la 9e édition de l’Automotive Disruption Radar (ADR), la crise sanitaire a accéléré les mutations en cours dans le secteur automobile, notamment en termes de mobilité électrique et de conduite autonome.
4015
ADR véhicules électrifiés
Photo d'illustration © Freepik

En matière d’évolution technologique du secteur de l’automobile, le dernier Automotive Disruption Radar (ADR) du cabinet de conseil Roland Berger enregistre la progression la plus élevée du score global par pays (58 % du score maximum réalisable), comparativement aux éditions précédentes de ce « radar de perturbation automobile ». Et ce, malgré un environnement économique tendu à cause de la pandémie. Quatre grandes tendances se dégagent : « électrification automobile, conduite autonome, numérisation et nouvelles mobilités », pointe l’ADR.

Pour établir ces scores, chaque pays concerné est d’abord noté selon 26 indicateurs automobiles : ventes de véhicules électrifiés (VE), mesures gouvernementales (subventions, restrictions de circulation), nombre d’infrastructures de recharge, etc. Puis, un score global allant de 0 à 5 est attribué par indicateur. L’ADR étudie l’évolution de ces scores afin d’anticiper les futures transformations dans le domaine de l’industrie automobile.

Pour mener à bien cette étude, l’ADR a mené des sondages auprès de plus de 18 000 conducteurs de voitures, d’experts en mobilité et de l’industrie automobile dans 18 marchés* pour établir ce rapport semestriel.

À noter que toutes les analyses et données sur les tendances de l’industrie automobile de l’ADR sont mises à disposition sur la plate-forme automotive-disruption-radar.com.

Les 26 indicateurs étudiés par l’Automotive Disruption Radar (ADR) de Roland Berger.

Source : Automotive Disruption Radar

L’électrification du parc auto encouragée…

Véhicules électriques à batterie (BEV) ou à pile à combustible (FCEV) et hybrides rechargeables (PHEV) : la part des ventes de ces VE vendus a augmenté de manière significative dans la plupart des pays étudiés d’après l’ADR entre 2019 et 2020. Ils représentaient en moyenne 4,7 % des ventes de véhicules en 2020, contre 2,9 % en 2019 (+ 2 points) et 1,5 % en 2017. En Suède, les ventes de VE ont triplé chaque année depuis 2017 pour atteindre 30 % des ventes totales de véhicules en 2020. En comparaison, les ventes de VE en France plafonnent à 9,6 % du total en 2020.

Les ventes de véhicules électrifiés – véhicules électriques à batterie (BEV), véhicules électriques à pile à combustible (FCEV), véhicules hybrides rechargeables (PHEV) – dans 18 pays étudiés* entre 2019 et 2020

ADR ventes véhicules électrifiés ADR

Source : Automotive Disruption Radar

Enfin, sur l’ensemble des pays étudiés, en moyenne 55 % des conducteurs interrogés envisagent d’acheter un véhicule électrique comme prochaine voiture, contre 40 % en 2020 (+ 15 points) et 35 % en 2017. Parmi les pays, la Chine et l’Allemagne affichent les plus fortes hausses d’intention d’achat (+ 30 points entre 2019 et 2020), suivies de Singapour (+ 25 points par rapport à 2019).

Évolution des intentions d’achat d’un véhicule électrique dans 18 pays étudiés* entre janvier 2020 et janvier 2021.

véhicules électrifiés ADR

… par les investissements industriels

L’électrification croissante du parc automobile s’explique notamment par « une large gamme de véhicules électrifiés », précise l’ADR. Ces véhicules représentent désormais 34,2 % du total des modèles proposés par les constructeurs automobiles en 2020, contre 26,4 % en 2019 et 13,3 % en 2017. « Les pays avec une offre de modèles de véhicules électrifiés limitée ou inexistante ont des ventes de VE inférieures à 2 % », remarque l’ADR.

Le rapport souligne d’ailleurs qu’environ 57 % des quinze principales transactions dans le secteur des technologies des transports en 2020 impliquaient des entreprises fabriquant des voitures électriques et/ou des batteries telles que Tesla, Rivian, Nikola, Waymo et Gojek.

Évolution des investissements en capital-risque dans les entreprises de mobilité et de l’intelligence artificielle (IA) entre juin 2016 et juin 2020

investissements mobilité IA ADR

Source : Automotive Disruption Radar

la baisse des coûts des batteries

En outre, l’ADR révèle que le coût des batteries, qui était supérieur à 300 USD par kWh en 2015 (soit 247,06 euros), se situe désormais autour de 110 USD par kWh, soit 90,59 euros. D’après les prévisions de l’ADR, leur coût pourrait même chuter à environ 60 USD/kWh (49,41 euros) d’ici 2030, ce qui est un autre indicateur en faveur de l’électrification du secteur automobile.

… le déploiement d’infrastructures de recharge

Autre élément mis en avant : le déploiement des infrastructures de recharge. Une enquête de NewMotion a mis en avant l’inquiétude des conducteurs de VE européens sondés d’un manque d’infrastructures de recharge. Pourtant, l’ADR révèle que le nombre d’infrastructures de recharge pour VE (IRVE) ne cesse de croître sur les territoires. Les IRVE ont désormais atteint une moyenne de 2,2 stations par 100 km de route, soit + 300 % depuis 2017.

Densité d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques dans 18 pays étudiés*

véhicules électrifiés ADR

Des mesures incitatives et restrictives

L’électrification du secteur automobile est aussi motivée, selon l’ADR, « par les programmes de relance dus liés à la covid-19 ainsi que par les subventions liées aux véhicules électriques. » Par exemple, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et l’Allemagne (jusqu’à 9 000 euros) offrent des subventions directes aux acheteurs véhicules électriques à batterie et hybrides rechargeables.

Subventions et allègements fiscaux proposés aux acheteurs de véhicules électriques dans 18 pays étudiés*

Source : Automotive Disruption Radar

En parallèle, des initiatives locales motivent l’adoption de la mobilité électrique. Ainsi, 44 % des villes des pays étudiés dans l’ADR ont appliqué des mesures restreignant la circulation de véhicules à moteurs à combustion interne (ICE) dans leurs rues. Certaines ont par exemple mis en place des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) avec l’utilisation de vignettes Crit’Air. D’autres ont organisé des actions ciblées, comme des journées sans voiture.

Évolution des villes limitant la circulation des véhicules à moteurs à combustion interne (ICE) dans 18 pays étudiés* entre janvier 2017 et janvier 2021

La conduite autonome en bonne voie

L’ADR analyse également que « les progrès technologiques dans le domaine de la conduite autonome sont remarquables, comme l’indique la hausse constante du nombre de dépôts de brevets. » En effet, 4,7 % des brevets déposés en 2020 concernaient les technologies de conduite contre 1,3 % en 2015. En réponse à cette demande d’innovation, les pays étudiés ont aménagé leurs cadres juridiques nationaux sur la conduite autonome. Les États-Unis, Singapour et les Pays-Bas étaient depuis 2017 les seuls pays à travailler sur l’homologation des véhicules autonomes. Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, le Japon et la Russie ont rejoint ces pionniers en 2020.

L’Hexagone réfléchit notamment aux règles de circulation des futurs véhicules autonomes. Un sujet qui semble déjà avoir trouvé ses adeptes. « En France, plus d’un automobiliste sur deux serait prêt à abandonner sa voiture au profit d’un taxi autonome si ce dernier était moins cher à l’usage », avance l’ADR.

Les pays étudiés ont aussi réalisé des progrès significatifs concernant le nombre de routes ouvertes aux essais. En 2017, seuls les États-Unis et la Corée du Sud comptaient plus de dix routes publiques ouvertes aux essais de véhicules autonomes. Aujourd’hui, dix pays, dont la France, proposent plus de dix zones d’essais.

* Allemagne, Arabie Saoudite, Belgique, Canada, Chine, Corée du Sud, Émirats Arabes Unis, États-Unis, Espagne, France, Inde, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni, Russie, Singapour, Suède