Recharge à domicile : point décisif pour le déploiement du VE en ville

La start-up française spécialiste de la recharge de véhicules en logement collectif Zeplug a dévoilé les résultats de son enquête sur le développement de solutions de recharge de VE à domicile, effectuée auprès de personnes vivant dans un immeuble collectif.

1107
zeplug

Réalisée par Ipsos sur un échantillon de 1 000 personnes propriétaires ou locataires vivant dans un immeuble collectif, l’enquête de Zeplug tente de montrer que l’essor du VE en ville dépend de solutions de recharge à domicile. En effet, pour 85 % des Français sondés, des bornes de recharge dans leur habitat sont un élément décisif pour l’acquisition d’un VE, qu’ils soient propriétaires ou pas encore d’une voiture électrique. Le fondateur de Zeplug, Frédéric Renaudeau qui défend son métier, précise que « 60 % de l’habitat dans les villes de plus de 100 000 habitants se compose de logements collectifs quand ce pourcentage grimpe à 80 % en Île-de-France ». Autant dire que l’accès à la recharge électrique à son domicile pourrait être un élément déclencheur à l’acquisition de VE en ville.

48 % des Français sondés prêts à passer au VE

Selon l’enquête, 48 % des Français interrogés sont prêts à passer à l’électrique dans les prochaines années. Pour 85 % des sondés, propriétaires ou non d’un VE, le domicile serait le lieu préféré de recharge. Les lieux publics proches du domicile, le lieu de travail et les lieux à proximité du travail seraient les endroits privilégiés pour la recharge avec respectivement 79 %, 46 % et 35 % des réponses.

Pourtant, le manque d’information sur la disponibilité de bornes de recharge dans son immeuble pourrait bloquer le déploiement de véhicules verts en ville. Ainsi, 7 % seulement du panel disposent de bornes de recharge dans leur logement collectif et 11 % des copropriétaires ont reçu une information sur l’existence de solutions de recharge par le biais de leur syndicat de copropriété, alors que 80 % n’en ont eu aucune et 9 % n’en ont aucune idée.

Les freins à l’acquisition d’un VE sont aussi d’ordre économique. Pour 48 % des sondés, le coût à l’achat est trop élevé, le coût de l’entretien et de la batterie représente un frein (22 %), tout comme le coût de l’électricité (18 %). Le manque d’accès à la recharge électrique à domicile arrive en deuxième position des freins à l’achat (34 %).

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Les aides financières destinées au déploiement de solutions de recharge à domicile restent aussi largement méconnues. 69 % des sondés ne connaissent pas ces aides, quand 31 % sont au courant du sujet et 5 % en ont une idée très précise.

Les économies de carburant pouvant être réalisées grâce à un VE sont aussi sous-estimées. Ainsi, 73 % des Français interrogés évaluent à moins de 50 % les économies réalisées annuellement grâce à un VE par rapport à un véhicule thermique. Selon Zeplug, ce sont 50 % à 80 % d’économies potentiellement réalisées par an.

Les Français réceptifs aux VE

Les Français habitant dans un logement collectif souhaitent presque en majorité acquérir un VE dans les prochaines années, mais ils veulent se faire aider. Ainsi, si le syndicat de copropriété prenait l’initiative de proposer une solution de recharge, 83 % des sondés seraient intéressés par l’achat d’un VE. Et si un acteur prenait en charge la totalité des démarches (demandes de subventions, frais d’installation et dossier d’assemblée générale), 77 % des personnes sondées seraient prêtes à amorcer les démarches pour installer une borne de recharge.

Concernant la question du choix de l’infrastructure et de sa gestion, 71 % des Français souhaiteraient des bornes de recharge sans frais pour la copropriété et gérées par un opérateur extérieur quand 29 % voudraient une infrastructure et une gestion financées par la copropriété.