Recharge électrique : les infrastructures en question

Pas de véhicules électriques sans infrastructures de recharge. Et ces dernières ont un coût à ne pas négliger. Sans oublier non plus de faire le juste choix entre recharge rapide et recharge lente en fonction des attentes des conducteurs, et de bien anticiper les besoins de l’entreprise à long terme, pour une montée en puissance réussie de l’électrique.

- Magazine N°260
551
Sur la métropole de Lyon, Izivia a obtenu une autorisation d’occupation de l’espace public en partenariat avec le groupe d’investissements Demeter. Avec en ligne de mire le déploiement de 641 bornes dans 59 communes, sur une durée de quinze ans.
Sur la métropole de Lyon, Izivia a obtenu une autorisation d’occupation de l’espace public en partenariat avec le groupe d’investissements Demeter. Avec en ligne de mire le déploiement de 641 bornes dans 59 communes, sur une durée de quinze ans.

Si l’autonomie constitue de moins en moins un frein à l’adoption du véhicule électrique, les gestionnaires de parc sont contraints par le coût et les difficultés d’installation d’infrastructures de recharge. Certes, les subventions viennent alléger la note, à l’image du programme Advenir qui peut couvrir 40 % du coût de la fourniture et de l’installation des points de recharge dans les entreprises et les entités publiques (voir aussi notre dossier sur la recharge électrique).

Pour la mairie de Paris, dont la flotte comprend 431 véhicules électriques sur un total de 2 680, l’installation des bornes représente le premier frein au développement...

PARTAGER SUR