Comment réduire les comportements dangereux en véhicule d’entreprise

Selon l’étude de Fleetmatics réalisée par l’Ifop sur les Français et la sécurité routière au travail, les employeurs sont attendus au tournant.

1670
Il existe des solutions aux comportements dangereux dans les flottes d'entreprises
(c) Pixabay

Pour 64 % des sondés, l’entreprise a un rôle à jouer dans la réduction des comportements dangereux de ses conducteurs. C’est ce que révèle la seconde partie de l’étude de Fleetmatics conduite auprès de 504 conducteurs par l’Ifop sur les Français et la sécurité routière au travail.

Parmi les mesures mises en place par les entreprises, accorder une récompense pour une conduite sans infraction reste une solution assez populaire. Elle est citée en premier par 32 % des conducteurs. Le système de formation pour une conduite plus raisonnable n’a, en revanche, récolté que 17 % de soutiens.

Des salariés pas toujours conscients de leurs comportements dangereux

Le sondage montre de plus que 36 % des sondés estiment ne pas avoir besoin de leur entreprise pour conduire de manière plus sereine. Selon Fleetmatics, ce chiffre serait révélateur de la difficulté de ces derniers à évaluer la dangerosité de leur comportement. Un constat déjà souligné dans la première partie de l’étude.

Fleetmatics s’est également intéressé à l’apport des assistants à la conduite pour réduire le risque routier en entreprise. 91 % des personnes interrogées ont une opinion positive sur ces technologies. Elles estiment en particulier que les assistants de conduite répondent aux problèmes du dépassement de vitesse (67 %), de la prise de conscience du danger (53 %) et améliorent la vigilance (61 %).

PARTAGER SUR