Rémunérations en hausse pour les gestionnaires de flotte

Dans un marché haussier, les salaires des cadres ont augmenté entre 2018 et 2019 et les gestionnaires de flotte suivent le mouvement. Pour 2020, la hausse des salaires sera plus contenue.

1420
Rémunérations gestionnaires de flotte

Encore une bonne année pour les salaires des gestionnaires de flotte en 2019. Comme l’ensemble des cadres, leurs salaires ont grimpé de 2 % (chiffre Apec émanant du baromètre 2019 de la rémunération des cadres) ou de 2,4 % selon l’étude du recruteur Expectra. Un bon chiffre sachant que l’inflation sera de l’ordre de 1,1 % pour 2019 par rapport à 2018. En pouvoir d’achat, cela donne une hausse comprise entre 0,9 et 1,3 % en un an selon le baromètre choisi.

« En 2019, le salaire des cadres enregistre sa deuxième plus forte hausse (+ 2,7 % en 2018) depuis sept ans, note Expectra. La hausse est nourrie par la surenchère des salaires au profit des profils liés à la transformation digitale des entreprises. »

Le point sur les gestionnaires de flotte

Selon l’étude de rémunération 2019-2020 du cabinet de recrutement Michael Page, le gestionnaire de flotte débutant a perçu entre 28 000 et 32 000 euros bruts par an en 2019. Au bout de cinq ans d’expérience, cette rémunération s’élève de 34 000 à 38 000 euros bruts. « Ces salaires ont bien évolué en 2018 et 2019, commente Albane Guerrier, Manager Executive spécialisée dans les métiers du facility management pour le cabinet de recrutement Page Personnel. Mais la hausse va connaître une pause, une forme de stabilité pour 2020. »

Pour gagner plus, les gestionnaires de flotte devront prendre du galon et devenir responsable de flotte, avec des salaires de l’ordre de 45 000 euros bruts par an après cinq ans d’expérience ; ou bien opter pour des fonctions de direction du facility management, poste le plus élevé de la fonction. À ce niveau, après cinq à quinze ans d’expérience, les salaires avoisinent les 80 000-100 000 euros bruts par an. Comme le signale l’étude 2019-2020 de Michael Page, tous ces salaires sont des rémunérations franciliennes ; dans les autres régions, les salaires sont 11 % moins élevés (estimation de l’Apec).

Les hommes et les femmes…

Pour faire la comparaison avec les rémunérations des gestionnaires de flotte, les cadres français en 2019 ont touché en médiane 50 000 euros bruts par an, fixe et variable compris, et en moyenne 56 000 euros. 80 % des cadres ont une rémunération comprise entre 36 000 et 83 000 euros. Seuls 10 % gagnent moins de 36 000 euros et 10 % plus de 83 000 euros. À noter que le salaire des femmes est 17 % moins élevé que celui des hommes…

Les secteurs qui rémunèrent les plus sont ceux de l’automobile-aéronautique-transport, de la chimie, du bois-papier-imprimerie, des industries pharmaceutiques et de la banque-assurance avec une médiane de 55 000 euros bruts par an.

Enfin, pour gagner plus, l’Apec recommande d’être le plus mobile possible, c’est-à-dire changer de poste en interne comme en externe. Selon l’Apec, en 2018, « 67 % des cadres ayant changé de poste au sein de la même entreprise ont été augmentés. C’est également le cas de 62 % des cadres ayant changé d’entreprise, part atteignant 69 % quand le changement s’est fait sans période de chômage.

Comment gagner plus

L’autre bonne idée est de vieillir… « L’âge, qui témoigne de l’expérience et des compétences acquises, est le facteur qui influe le plus sur le niveau de rémunération des cadres, rappelle l’Apec. Quand la rémunération médiane d’un cadre de moins de 30 ans s’établit à 39 000 euros bruts par an, elle est de 46 000 euros pour les trentenaires, de 54 000 euros pour les quadragénaires et de 55 000 euros pour les quinquagénaires. »

La taille de l’entreprise constitue l’autre facteur déterminant. Plus l’entreprise est importante et plus la rémunération est élevée. En 2018, un cadre qui travaillait dans une grande entreprise (1 000 salariés et plus) percevait une rémunération médiane de 53 000 euros bruts par an, alors que celui d’une TPE (1 à 19 salariés) n’en touchait que 45 000 euros.

Notre précédent dossier sur la rémunération des gestionnaires de flotte