• Mots clés connexes
  • SUV

Renault Captur 2 : en pleine révolution

En adoptant la plate-forme CMF-B de la Clio, le nouveau Captur de Renault s’allonge de 11 cm et tutoie le segment des SUV compacts à 4,23 m. Avec des prestations à l’avenant. Explications.

2182

Pour cette deuxième génération du Renault Captur, on peut parler d’une petite révolution. Il s’émancipe de sa catégorie d’origine, le petit SUV urbain pratique mais pas vraiment polyvalent, pour venir concurrencer les SUV compacts généralistes comme le Volkswagen T-Roc ou le futur Peugeot 2008, mais aussi ceux du « premium access » comme l’Audi Q2 ou le futur Mercedes GLA.

Un Captur plus grand

Le Captur doit ce changement d’abord à ses dimensions en nette hausse, à l’extérieur comme à l’intérieur. Ainsi, outre sa longueur qui passe à 4,23 m, son empattement est allongé de 2 cm à 2,63 m. Ce qui autorise une banquette coulissante sur 16 cm et un vrai espace aux genoux à l’arrière pour un coffre de 536 l (+ 81 l). De son côté, sa largeur augmente de 19 mm à 1,79 m, sa hauteur reste identique (1,57 m) alors que pour lui donner plus de corpulence, sa garde au sol passe à 17,3 cm (+ 11 mm). Bref, avec son capot nervuré, ses épaulements marqués et sa face avant plus imposante, ce Captur 2 gagne en sportivité et en côté statutaire.

Un saut qualitatif bienvenu

On retrouve ce saut qualitatif dans l’habitacle, particulièrement réussi. Celui-ci reprend la nouvelle planche de bord de la Clio V, tout en lui donnant plus d’ampleur en hauteur avec une console centrale flottante d’une rare élégance, en plus d’être très pratique. Les matériaux sont enfin plus valorisants avec des plastiques moussés et un vrai soin dans l’accostage des pièces de mobilier et des équipements. Nous reviendrons lors des essais sur le saut technologique générationnel des aides à la conduite ADAS qui forment un catalogue à la Prévert, tout comme pour la Clio.

De l’hybridation sous le capot

Il faut aussi souligner les avantages de la nouvelle plate-forme CMF-B appliqués au Captur. Ce dernier pourra ainsi bénéficier en juin 2020 de la première motorisation hybride rechargeable E-Tech Plug-in (1.6 l essence, batterie de 9,8 kWh, 45 km d’autonomie en 100 % électrique jusqu’à 135 km/h). Celle-ci s’ajoutera à la version hybride simple de la nouvelle Clio prévue plus tard dans l’année (130 ch, batterie 1,2 kWh). Au lancement à l’automne prochain, le Captur reprendra les motorisations de la Clio avec en essence le 3-cylindres 1.0 TCe de 100 ch/160 Nm, déclinable en carburation GPL, et le 1.3 TCe de 130 ch/240 Nm et 155 ch/270 Nm. En diesel, le Captur s’offre le 1.5 dCi de 95 ch/240 Nm et 115 ch/260 Nm.

Renault Captur