Renault et le CEA développent un chargeur bidirectionnel

Les futurs modèles électriques de Renault embarqueront un chargeur bidirectionnel pour développer la technologie V2G et réduire les temps de charge et les pertes d’énergie.
7117
Renault chargeur bidirectionnel
© Renault Group

Pour préparer ses futurs modèles électriques à la technologie V2G (vehicle-to-grid), Renault a développé un nouveau chargeur bidirectionnel (ou convertisseur de puissance) en partenariat avec le centre de recherche CEA. Ce dispositif permettra notamment aux véhicules de restituer une partie de l’électricité stockée dans leur batterie pour alimenter un réseau extérieur : une maison individuelle, un atelier, des bureaux, etc.

« Avec la recharge bidirectionnelle, le véhicule se met au service du réseau électrique et permet au consommateur final de réduire ses dépenses énergétiques », avance Jean-François Salessy, directeur de l’ingénierie avancée chez Renault Group. C’est aussi un moyen de pallier le caractère intermittent des énergies renouvelables de certaines installations solaires ou photovoltaïques.

Pour son chargeur bidirectionnel, Renault mise sur des matériaux innovants

Ayant fait l’objet d’onze brevets déposés, ce chargeur bidirectionnel permettra « de réduire les pertes d’énergies de 30 % lors de la conversion, d’améliorer le temps de recharge du véhicule et de garantir la durabilité de la batterie », selon Renault. Pour ce faire, les équipes R&D du constructeur et du CEA ont privilégié des matériaux semi-conducteurs innovants, tels que le nitrure de gallium (GaN) et le carbure de silicium (SiC).

Outre sa fonction bidirectionnelle, qui permet au véhicule électrique à batterie de fournir de l’énergie, ce chargeur offre une capacité de charge allant jusqu’à 22 kW en mode triphasé. De quoi charger plus rapidement son véhicule tout en protégeant la batterie, selon les deux partenaires. Il se veut également plus compact grâce à l’utilisation de matériaux ferrites dédiés à la haute fréquence, et d’un procédé d’injection de mise en forme appelé « Power Injection Molding ».