Renault aurait dépassé l’objectif de décarbonation de sa logistique

Grâce aux travaux de sa direction supply chain en termes de multimodalité, d’optimisation du taux de chargement et de réduction du kilométrage, le groupe Renault aurait réduit de près de 7 % ses émissions carbones liées aux transports de ses marchandises en Europe depuis 2018.
2202
décarbonation logistique Renault
© Groupe Renault

Le groupe Renault aurait réduit son empreinte carbone liée aux transports de marchandises en Europe de 6,9 % entre 2018 et 2021. La direction supply chain de Renault a ainsi dépassé l’objectif de décarbonation de sa logistique initialement fixé à – 5,3 %. Elle s’est par ailleurs engagée à réduire de 30 % l’empreinte carbone par véhicule dans le monde, d’ici 2030. Pour rappel, le groupe Renault espère atteindre la neutralité carbone en Europe en 2040 et dans le monde d’ici 2050.

Fret 21 a validé les résultats du constructeur. Parmi ses adhérents, ce dispositif compte en effet le groupe Renault depuis 2015. Fret 21 réunit des acteurs du transport et de la logistique. Piloté par l’Ademe et l’Association des Utilisateurs de Transport de Fret (AUTF), il vise à réduire l’impact environnemental des transports.

« Depuis plus de dix ans, nous travaillons à identifier des solutions pour réduire l’empreinte environnementale de nos flux d’approvisionnement. Nous avons ainsi dépassé nos objectifs de réduction d’émissions de CO2 pour la deuxième fois consécutive », a déclaré Florence Ughetto, experte développement durable et logistique, supply chain de Renault Group.

Depuis son adhésion à Fret 21, le groupe Renault aurait réduit ses émissions de CO2 liées à sa logistique en Europe de 15 %.

Chargement, emballages, distance : paramètres de décarbonation

Concrètement, la direction supply chain de Renault travaille avec les transporteurs sur la multimodalité. Elle a augmenté les flux en ferroviaire par rapport au transport par camions. L’utilisation de trains à la place de camions entre l’Europe de l’Est et la France aurait notamment permis d’éviter l’émission de 2 600 tonnes de CO2. Cette direction travaille aussi sur la réduction des kilomètres parcourus par mètre cube. Elle a développé des outils digitaux pour visualiser en 3D les camions et augmenter leur taux de chargement. Avec à la clef, selon Renault, 12 200 t d’émissions de CO2 évitées.

Par ailleurs, les équipes de l’ingénierie ont réduit la quantité d’emballages utilisés et ont travaillé le packaging. Tout ceci dans le but d’optimiser le nombre de pièces par emballage. Résultat de l’opération : 8 800 t d’émissions de CO2 évitées. En parallèle, la direction rapproche ses fournisseurs et ses sites de fabrication afin de réduire le nombre de kilomètres parcourus par mètre cube. Renault cite notamment pour exemple ElectriCity, un pôle industriel français consacré à l’électrique. Ici, le rapprochement de ses fournisseurs et de ses trois sites de production aurait ainsi évité l’émission de 6 120 t de CO2.

Toujours dans l’optique de décarbonation de sa logistique, le réseau de transporteurs de Renault renseigne sa consommation moyenne et ses engagements de réduction de CO2 dans un questionnaire ECO2. La supply chain analyse ensuite leurs performances environnementales. Bilan : 5 700 t de CO2 auraient été évitées.