Renault : Fluence crée un nouveau segment

Si la planche de bord et les moteurs viennent de la Mégane, Fluence s’en distingue par sa carrosserie. Et plus qu’une Mégane à coffre, cette nouvelle Renault offre bien une nouvelle alternative pour les flottes en s’immisçant dans une nouvelle niche.

- Magazine N°157
403
Renault Fluence

En cette période difficile pour les entreprises, Renault vient lancer une bouée de sauvetage. Quoi de plus délicat en effet que de signifier à ses cadres roulant en Laguna qu’ils piloteront désormais une Mégane ? Mais par la double magie du downsizing et du coup de blush statutaire, la firme au Losange lance Fluence sur les routes de France. Ainsi naît une proposition intermédiaire entre deux segments, plutôt flatteuse.

 

Moins de 20 000 €

 

D’abord les prix. S’ils ne sont pas encore officiellement fixés pour le marché français au moment ou nous écrivons ces lignes, Renault assure qu’ils seront très proches de ceux de la Mégane, voire légèrement en dessous (Fluence est fabriquée en Turquie pour réduire les coûts).

 

Ensuite la qualité. La finition est soignée et l’équipement est avantageux (clim, démarrage sans clé et GPS TomTom en 3D). En plus, ses dimensions très proches d’une Laguna permettent d’offrir aux passagers une aisance plus généreuse, notamment au niveau des jambes. Le coffre y gagne aussi en volume. Ici : 530 dm3 (80 dm3 de plus que la Laguna) et le dossier de la banquette est rabattable. Reste que Fluence est moins bien amortie que Mégane. Elle doit en effet pouvoir s’adapter aux routes souvent sévères des marchés internationaux.

 

 Côté moteurs pas de surprise, ils sont éprouvés sous d’autres capots au Losange. Notamment le 1.5 dCi 105 ch, certes plus bruyant, mais plus sobre que le dCi 110 qui équipe la Laguna. Avantage aussi à Fluence côté bonus.

 

Enfin, dernier de ses atouts : le style. Les versions précédentes de Mégane à coffre n’étaient pas des premiers prix de beauté. Cette fois, Fluence joue la carte de l’élégance avec une carrosserie fluide et élancée, bardée de chromes. Le surclassement est mis en avant. Le début d’une sortie de crise ou l’occasion de nous faire comprendre que, désormais, il faut consommer autrement ?

 

Mais Fluence compte également faire sa place sur le marché des véhicules électriques. C’est elle en effet qui, en 2011, sera la vitrine de Renault dans ce domaine.

 

Notre avis

Bien

  • Volume de coffre
  • Finition
  • Design et consommation.

 

A revoir

  • Amortissement
  • dCi bruyants
  • Visibilité arrière délicate.  
PARTAGER SUR