Renault Kangoo 2 Express 1. 5 dCi 85 ch Confort

Entre deux générations, le Kangoo a beaucoup grandi et grossi. Ce n’est pas en faveur de ses capacités de chargement qui progressent à peine. Les progrès les plus notables portent sur l’agrément de conduite, le comportement dynamique et l’amélioration des prestations moteur. Dommage !

- Magazine N°136
3775

A l’instar de la version VP du Kangoo de deuxième génération (lire notre essai dans Flottes Automobiles n°134, janvier 2008), le Kangoo Express grandit et grossit tout autant en raison de sa conception et sa fabrication sur la plate-forme du monospace compact Scénic. Si pour la version «ludospace» destinée au grand public, on peut encore se satisfaire des prestations globales et de son habitabilité, cette version utilitaire souffre tout de même beaucoup du passage d’une génération à l’autre pour le faible saut quantitatif en matière de capacité de chargement. Malgré ses 18 cm supplémentaires en longueur et ses 15 cm de plus en largeur (la hauteur demeure à 1,82 m), les côtes intérieures n’augmentent pas d’autant. Ainsi, la longueur utile passe de 1,67 m dans l’ancien à 1,73 m sur cette nouvelle génération, c’est modeste. Plus notable, c’est son seul nouveau point fort, la largeur entre les passages de roues est de 1,21 m, autorisant le chargement d’une europalette dans sa largeur. Quant à la largeur utile, elle est au maximum de 1,46 m. Tout comme à bord du Kangoo I, vous pouvez opter pour la cloison de séparation pivotante et le siège passager escamotable qui dégage alors une longueur de 2,50 m et augmente le volume utile de 0,5 m3. Au total, le volume de chargement progresse de 2,75 m3 à 3 m3 en version standard : gain minime s’il en est ! Renault rétorque que l’on peut supprimer totalement le siège passager avant, la longueur totale intérieure passant à 2,92 m pour une capacité de 3,6m3. En revanche, pas de versions Longue ou Cabine Approfondie comme pour la génération I. Du côté de la charge utile, elle était de 620 kg et passe à 650 kg en standard et le maxi est toujours de 800 kg suivant les versions.

Bonne ergonomie

Du côté des équipements, on retrouve les classiques anneaux d’arrimage de la charge (six en série) et 4 à 6 en option sur les panneaux latéraux. Pour l’heure, pas de girafon en option mais Renault assure « y réfléchir »… En revanche, une galerie de toit est proposée. Notez aussi que les portes latérales coulissantes sont en option, comme précédemment (côté gauche en 2009). Les portes arrière son toujours asymétriques et peuvent être vitrées. A l’avant, on retrouve le rack de pavillon (dunette, en option) d’une contenance de 29 l, une boîte à gants de 15 l (non verrouillable…), un rangement format A4 sur le dessus de la planche de bord (au milieu) ainsi que, toujours en option, un coffre central entre les sièges avec accoudoir. Le dossier du siège passager sert aussi de tablette lorsqu’il est escamoté et la grille pivotante vient se bloquer sur celui-ci. Notez enfin que les bacs de portières accueillent sans problème les bouteilles de 1,5 l et les gros atlas. L’ergonomie et la praticité de tous ces équipements sont toujours aussi séduisantes, Renault savait déjà le faire sur la précédente génération.

Il faut tout de même souligner que l’augmentation des côtes extérieures, si elle ne se traduit pas par une inflation notable des capacités de chargement, favorise tout de même le confort et l’espace dans la cabine avant. C’est non seulement en raison d’une très bonne largeur aux coudes (1,51 m) mais aussi à cause du pare-brise, implanté bien plus en avant et avec de grandes arches remontant vers le pavillon. La plateforme du Scénic prête là ses avantages en matière de visibilité et de sécurité : les centimètres supplémentaires en longueur du Kangoo 2 sont tous sur l’avant, améliorant notablement la sécurité passive en cas de choc.

Prestations en hausse

Plus grand donc, mais aussi plus lourd, bien plus lourd : ce Kangoo « haut de gamme » avoue carrément près de 200 kg de plus sur la balance, c’est énorme ! Là où le Kangoo 1 avec le 1. 5 dCi 85 ch pesait 1 060 kg à vide, le nouveau avec le même moteur est à 1 251 kg. Il est donc impératif, si vous passez d’une génération à l’autre, de passer aussi d’une puissance à l’autre : le 1. 5 dCi est toujours proposé en 70 ch mais il sera à réserver aux petites livraisons intramuros – quoique son encombrement en largeur et sa longueur soient un handicap et impliquent un diamètre de braquage de 10,7 m entre trottoirs. La version 85 ch se défend très bien à condition de ne pas être en charge et de ne pas faire de l’autoroute. La version 105 ch étant alors à envisager pour les versions encore plus lourdement équipées avec carrosserie spécifique. Un bon point donc pour le moteur, qui fait toujours preuve d’un très bon agrément de conduite. Il vient renforcer la très bonne impression de confort, même avec des suspensions calibrées pour l’utilitaire et des pneus renforcés. Pas ou peu de mouvement de caisse, une très bonne précision de conduite, une grande rigueur de comportement caractérisent les trains roulants du Kangoo 2. Il faut aussi souligner la mise en série de l’ABS avec répartiteur EBV et assistance au freinage d’urgence AFU ainsi que l’apparition de l’ESP avec antipatinage ASR en option (300 € HT). Deux finitions sont proposées : Confort et Grand Confort, cette dernière incluant la climatisation, le régulateur de vitesse et la radio-CD en série. L’augmentation de charge utile à 800 kg est facturée 250 € HT. Il faut enfin souligner que malgré sa prise d’embonpoint, le Kangoo 2 augmente peu ses tarifs… qui étaient déjà fort élevés !

Notre avis

Bien

Confort et agrément de conduite

Praticité et accessibilité

Sécurité active et passive.

A revoir

Faible augmentation du volume utile

Maniabilité en ville

Prix toujours élevés.

PARTAGER SUR