Renault Mobility : l’offensive de Renault dans l’autopartage

Le constructeur français a lancé un dispositif d’autopartage, disponible 24 heures sur 24 7 jours sur 7, sur les sites de La Défense et du Plessis-Robinson.

1129
Renault Mobility : l’offensive de Renault dans l’autopartage

Alors même que les nouvelles formes de mobilité commencent à rencontrer leur public, voilà que Renault se positionne sur le sujet. Quelques semaines après Peugeot – et son plan « Push to Pass » à travers lequel le constructeur annonçait vouloir devenir un opérateur de mobilité – , voilà que la marque au losange déploie elle aussi son propre service d’autopartage. Ce dispositif, appelé Mobility propose « des services de location en libre-service 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 », a détaillé le constructeur.

Ce service, lancé en test dès la fin d’année 2015 au Plessis-Robinson, a également été déployé en juin 2016 au sein de la concession Renault Bellini du groupe Schumacher sur le site de La Défense. Dans le détail, Renault Mobility « propose au grand public comme aux entreprises des véhicules en autopartage, qu’il s’agisse de véhicules électriques ou thermiques (Zoe, Captur, Clio) ».

Le véhicule professionnel réinventé ?

Pour Christophe Chevreton, directeur du projet Nouvelles Mobilités Renault, cette offensive a pour objectif « de répondre  à tous les besoins de déplacement avec des solutions souples, adaptées et au meilleur coût ». Cette solution a, semble-t-il, été notamment pensée pour les entreprises. Et Renault de conclure : « En plus d’une utilisation individuelle, un collaborateur d’une entreprise pourra utiliser un véhicule de marque Renault, ou d’une autre, en autopartage à la fois pour ses déplacements professionnels et privés. Le coût sera supporté par l’entreprise pour les usages professionnels et facturé au salarié pour ses usages privés ».