Renault sécurise son approvisionnement en nickel

Renault a signé un contrat directement avec un acteur de la métallurgie, le finlandais Terrafame. Ce dernier l’approvisionnera en sulfate de nickel, un métal essentiel à la production de batteries de véhicules électriques.
623
Renault Terrafame

Le groupe Renault a signé un contrat d’approvisionnement avec la société finlandaise Terrafame, spécialiste de la production de métaux pour les batteries de véhicules électriques. Cette dernière lui fournira du sulfate de nickel, « avec un niveau de commandes représentant jusqu’à 300 000 véhicules électriques par an », précise Joni Lukkaroinen, dirigeant de Terrafame. Cela permettra de produire des batteries de VE d’une capacité totale d’environ 15 GWh par an.

Terrafame exploite la mine finlandaise de Sotkamo et fait appel au processus de biolixiviation pour extraire les métaux du minerai. Ce dernier repose sur l’action de micro-organismes. En pratique, « le minerai est d’abord extrait dans la mine à ciel ouvert, puis concassé, aggloméré, transporté et stocké en tas sur des aires de biolixiviation, décrit l’entreprise sur son site internet. Le minerai empilé est d’abord lixivié pendant environ 15 mois sur un premier tas, puis est transporté sur un second tas pour la lixiviation finale. » On obtient au final une solution liquide dont les métaux sont extraits.

Des émissions réduites de GES

Selon Terrafame, ce procédé permet de réduire d’environ 40 % les émissions de gaz à effet serre liées à la production du nickel, d’environ 2 % les émissions de dioxyde de soufre et d’environ 20 % la consommation d’énergie. « Le partenariat avec Terrafame constitue une avancée concrète pour atteindre l’objectif de diminuer l’empreinte carbone liée aux achats du Groupe de 30 % d’ici 2030 », explique Gianluca De Ficchy, directeur des achats de l’Alliance et directeur général de l’Alliance Purchasing Organization (APO) au sein du groupe Renault. Ce dernier veut en effet atteindre la neutralité carbone en Europe d’ici 2040.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la création du pôle Renault ElectriCity, consacré à la voiture électrique. Pour rappel, le groupe s’est également associé à l’entreprise Vulcan pour sécuriser son approvisionnement en lithium ; ainsi qu’à Veolia et Solvay pour recycler en boucle fermée les métaux contenus dans les batteries électriques.