« The Future is Neutral » : la filiale Renault pour l’économie circulaire

Renault Group lance sa filiale « The Future is Neutral » qui regroupe ses différentes entités existantes ou à créer dans le domaine du recyclage et de l’économie circulaire.
1731
Renault The Future is Neutral
Luca de Meo, directeur général de Renault, présentant "The Future is Neutral", le 13 octobre 2022.

Luca de Meo, le directeur général de Renault Group, et le directeur de « The Future is Neutral », Jean-Philippe Bahuaud, lancent officiellement leur filiale destinée à recueillir les investissements de ses partenaires dans l’économie circulaire et le recyclage. Cette entité mise sur un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros en 2030, avec un besoin de financement de 500 millions d’euros.

« The Future is Neutral vise une marge opérationnelle à deux zéros », nous précisait Luca de Meo en marge de la conférence de presse. Il nous indiquait par ailleurs que « Renault est en pleine métamorphose » et que la crise énergétique a nécessité de « réfléchir sur l’ensemble de la chaîne de production d’un véhicule ». « Nous avons acquis une très longue expérience du recyclage avec, par exemple, notre filiale Gaia basée dans notre usine de Flins (78) », ajoutait le directeur général.

Renault : The Future is Neutral réunira des filiales éparses

« Cette sorte de holding comprend Gaia, spécialiste de la collecte et du recyclage des matériaux usagés utilisés dans la production ou la rechange, ainsi que la réparation ou le recyclage des batteries, qui intégrera donc cette nouvelle filiale », indique par ailleurs Jean-Philippe Bahuaud, directeur stratégie, plan environnement chez Renault.

S’y joignent aussi la Refactory à Flins, et les entreprises Indra et Boone Comenor. Indra est un spécialiste du traitement des véhicules hors d’usage, avec 370 centres en France. Boone Comenor est un des leader du recyclage des chutes de métaux de la production industrielle. Ces deux entreprises appartiennent au partenaire de référence Suez qui entre donc dans le capital de Renault Neutral.

Le recyclage des batteries est loin d’être un sujet anodin. Ainsi, « la totalité de la production annuelle mondiale de rhodium, nécessaire aux batteries, provient du Canada et de l’Afrique du Sud, et peut tenir dans un seul camion semi-remorque de 42 t », soulignait ainsi Luca de Meo.

Nissan invité à collaborer et investir

De plus, The Future is Neutral ouvre son campus de l’Industrie Circulaire de la Mobilité (ICM), basé à Flins. Il propose à la filière automobile une offre de conseil dans le cadre de l’université d’entreprise ReKnow University. Enfin, Luca de Meo nous précisait que Nissan était naturellement invité à rejoindre cette filiale. Cette perspective s’inscrirait dans le cadre de la nouvelle organisation en cours de discussion avec les partenaires de l’Alliance. Des échanges qui devraient aboutir à la création des deux entités Ampère et Horse ».

PARTAGER SUR