Renault accroît la part d’énergies renouvelables dans ses usines

Renault signe trois contrats avec Voltalia, Engie et Dalkia afin d’assurer l’approvisionnement en énergies renouvelables de ses usines en Europe. Et ne plus dépendre du gaz russe.
531
Renault usines énergies renouvelables
À l'intérieur de l'usine de Renault à Cléon. © Renault

Renault a signé trois contrats pour garantir l’approvisionnement de ses usines en énergies renouvelables en Europe. Et le constructeur a dévoilé les détails de ces nouveaux contrats qui doivent diviser par deux les émissions de carbone de ses sites dans le monde d’ici 2030 par rapport à 2019. Et, contexte oblige, lui permettre aussi d’échapper à sa dépendance au gaz, qu’il soit russe ou autre.

Un premier contrat d’approvisionnement en électricité d’origine photovoltaïque, pour quinze ans, joint Renault au fournisseur d’énergies renouvelables Voltalia. Rappelons que Voltalia a été fondée en 2005 et est cotée au CAC 40. L’entreprise appartient à la famille Mulliez et fournit déjà ses magasins Décathlon et Boulanger avec des panneaux solaires. À terme, la moitié de la consommation des usines françaises de Renault doit être couverte. Au premier rang de ces usines figure le pôle Electricity pour ses émissions directes. Sans oublier l’usine normande de mécanique de Cléon. Précisons que 98 % des émissions de CO2 de Renault proviennent de l’utilisation des véhicules.

Les énergies renouvelables dans les usines Renault : photovoltaïque, géothermie…

Le deuxième contrat, de quinze ans également, avec Engie Solutions, assurera l’alimentation en géothermie du site de Douai (Nord) pour chauffer l’usine et les machines. Il s’agira de puiser de l’eau chaude sous pression à 130-140 °C à 4 000 m de profondeur. Celle-ci remplacera pour 70 % le gaz utilisé actuellement en produisant de l’électricité grâce à une turbine à vapeur. Les travaux doivent démarrer fin 2023, pour une mise en service en 2025 avec une puissance de 40 MW en continu.

… et chaudière biomasse

Enfin, le troisième contrat revient à Dalkia, filiale d’EDF, pour l’installation d’une chaudière à biomasse de 15 MW. Celle-ci doit remplacer à 65 % sa consommation actuelle de gaz sur son site de Maubeuge (Nord).

Si ce pôle « nordiste » Electricity devrait atteindre sa neutralité carbone dès 2025, les usines du groupe Renault en Europe doivent y parvenir en 2030. Puis, dans le reste du monde, d’ici 2050, principalement au Maroc, au Brésil, en Turquie et en Corée. La carte d’illustration ci-dessous indique les autres sources d’énergies renouvelables pour ces usines du groupe Renault dans le monde.

Renault usines énergies renouvelables
Carte montrant les sources et parts d’énergies renouvelables prévues dans les usines Renault dans le monde. © Renault