Renault Zoé 52 kWh : transfigurée

Moteurs, batterie, châssis et planche de bord : avec sa Zoé « Acte III », Renault renouvelle en profondeur sa citadine électrique.

786
Renault Zoé 52 kWh

Une Renault Zoé plus nouvelle qu’elle n’y paraît ! Et c’est volontaire car Renault a choisi de capitaliser sur un design reconnaissable entre tous. Cette véritable troisième génération de la citadine polyvalente (4,08 m de longueur) va rebattre les cartes de la catégorie des voitures 100 % électriques.

En effet, ses prestations se montrent enfin réellement à la hauteur des attentes des professionnels qui pourront rouler sans angoisse de la panne sèche d’électrons. Et ce, au volant d’une voiture confortable grâce à de nouveaux réglages des trains roulants, agréable car redessinée à l’intérieur, et amusante à conduire. Avec un prix parfaitement positionné. En Business, la Zoé est facturée 34 500 euros TTC, batterie incluse et hors bonus, avec les nouveaux moteurs de 108 ch/225 Nm et la batterie de 52 kWh ‒ unique proposition. En cas de location de la batterie, ce tarif est diminué de 8 100 euros.

La version essayée était emmenée par le moteur de 135 ch/245 Nm (à partir de 34 600 euros en Zen), avec des performances quasiment surdimensionnées pour une citadine : 140 km/h de vitesse maxi, 0 à 100 km/h en 9,5 s et de 80 à 120 km/h en 7,1 s. Largement suffisant pour évoluer dans la circulation et sur route. Et la version de 108 ch n’a pas à rougir de ses scores, respectivement de 135 km/h, 11,4 s et 9,3 s.

Tout aussi séduisante, l’autonomie affichée au compteur de 420 km correspond à notre propre mesure sur un parcours routier, à un rythme assez soutenu mais hors autoroute : 16 kWh/100 km, soit une autonomie d’environ 400 km en 135 ch. Les chiffres WLTP annoncés par Renault sont de 17,7 kWh (avec autoroute donc), soit 386 km d’autonomie ‒ tout à fait réalistes. Le moteur de 108 ch aligne 17,2 kWh/100 km pour une autonomie de 395 km.

Ainsi parée, cette Zoé peut affronter sans trop la redouter une concurrence exacerbée dès le début 2020, avec la Peugeot e-208, la DS 3 Crossback E-Tense ou l’Opel Corsa-e.

Notre avis

PLUS
Autonomie réelle intéressante ● Agrément de conduite et confort ● Rapport prix/prestations imbattable


MOINS
Design non renouvelé ● Moteur en deux puissances inutile ● Chargeur 50 kW optionnel et cher (1 000 euros)