Rencontres Flotauto 2020 : sous le signe de l’électrification

Le 6 février dernier à la Grande Halle de la Villette, les Rencontres Flotauto 2020 ont donné à voir de grandes nouveautés en exclusivité, telles la Volkswagen ID.3 et la Honda e 100 % électriques. Mais aussi une large sélection de modèles électrifiés, sans oublier les utilitaires transformés en ateliers mobiles par les aménageurs. Rétrospective.

1001
Volkswagen ID.3
Volkswagen ID.3

Une nouvelle fois, les Rencontres Flotauto 2020 ont réuni la plupart des marques automobiles sous le préau de la Grande Nef de la Villette. Plus de cinquante véhicules y étaient réunis, la plupart électrifiés. Majoritaires, les modèles hybrides et 100 % électriques ont montré l’exemple avec quelques vedettes en exclusivité, comme la Volkswagen ID.3, la Mini Electric et la Honda e. Signe des temps, seuls quatre modèles de VP diesel ont été dénombrés.

Le Groupe PSA a ainsi profité des Rencontres pour mettre en avant ses gammes électrifiées. Au programme, deux modèles 100 % électriques : la récente Peugeot e-208 et sa cousine la DS 3 Crossback E-Tense en Performance Line +. Toutes deux s’équipent d’une batterie lithium-ion de 50 kWh, capable d’assurer une autonomie de plus de 300 km.

PSA fait ses gammes électriques

L’hybride rechargeable essence était aussi à l’honneur sur trois SUV du groupe. Dont le Peugeot 3008 en GT Hybrid 4 de 300 ch (53 850 euros TTC hors options), soit 1,3 l/100 km, 31 g/km de CO2 et 58 km d’autonomie en 100 % électrique. Le DS 7 Crossback E-Tense était lui aussi exposé en version hybrid plug-in (1,6 l/100 km, 36 g) et en finition Grand Chic dans sa carrosserie Bleu Encre avec jantes de 20 ’’ (à partir de 61 800 euros TTC). Autre modèle à bénéficier de cette motorisation, le C5 Aircross Hybrid de Citroën s’affichait en Shine Pack Blanc Nacré (à partir de 44 600 euros TTC). Un peu moins puissant avec 225 ch, ce modèle affiche quasiment les valeurs énergétiques (1,4 l/100 km, 32 g) de son cousin du lion et 54 km d’autonomie en 100 % électrique.

Chez Opel, on pouvait admirer le Crossland X en Hybrid 4 BVA8 Ultimate Gris Pierre de Lune, avec 300 ch sous le capot (1,6 l/100 km, 36 g). Un modèle commercialisé à partir de 51 700 euros TTC (hors options). La marque au blitz misait aussi sur sa dernière Corsa, flamboyante dans sa teinte Orange Fizz et sa version GS Line 1.2 Turbo de 100 ch (96 g/km), à 19 400 euros TTC (hors options).

Alors que Renault s’apprête à lancer sa gamme de motorisations E-TECH hybrides et hybrides plug-in, la marque a choisi d’exposer des modèles essence. Il s’agissait de la Clio V TCE de 130 ch (119 g), en version haut de gamme Intens orange métallisé (à partir de 23 200 euros TTC), et du Captur TCE de 100 ch (116 g), en Business à partir de 21 500 euros.

Renault donne la priorité à l’essence

Le cousin par Alliance, le dernier Nissan Juke, était lui aussi de la partie avec la même mécanique essence à 3-cylindres mais en finition plus huppée N-Design. Quant à Mitsubishi, autre marque de l’Alliance, elle rejouait comme les années précédentes la carte de l’hybride rechargeable (PHEV) avec son Outlander 4 roues motrices 4WD en finition Style (à partir de 37 490 euros TTC). Tout juste restylé, ce modèle développe 135 ch (1,8 l/100 km, 40 g).

Sans doute la plus grande surprise de ce salon, l’ID.3 de Volkswagen occupait une place à part au centre du hall d’exposition, délimitée par des bandes lumineuses. Cette berline 100 % électrique de 204 ch, entièrement conçue autour de la technologie électrique, sera disponible à la commande en avril. Elle sera proposée avec trois packs de batterie (45, 58 et 77 kWh) pour respectivement 330, 420 et 550 km d’autonomie. Le modèle d’exposition se déclinait en version intermédiaire de 58 kWh, avec une consommation moyenne de 15 kWh/100 km.

Dans la catégorie 100 % électrique, Volkswagen Utilitaires misait sur le fourgon e-Crafter en L3H3. Tandis que Seat paradait avec sa Mii electric Plus (à partir de 23 070 euros TTC). Reprenant la technologie de la Volkswagen e-Up!, cette mini-citadine aligne 83 ch et embarque une batterie de 36,8 kWh pour parcourir 259 km en WLTP (jusqu’à 358 km en cycle urbain).

Quant à Audi, la marque a joué la carte de l’hybride rechargeable avec le Q5 55 TFSI quattro de 367 ch en S Line Bleu Navarre (à partir de 67 080 euros TTC). Un modèle capable de parcourir 43 km en 100 % électrique et d’afficher une consommation mixte de 2,2 l/100 km pour 49 g.

VW Fleet Solutions au complet

Du côté des thermiques, Volkswagen avait choisi le diesel pour son petit SUV T-Cross 1.6 TDI de 95 ch DSG7 (5,5 l/100 km, 143 g en WLTP). Ce modèle Lounge Business s’affichait à 29 460 euros TTC avec à la clé un équipement complet. Skoda a pour sa part préféré l’essence pour sa berline compacte Scala (4,36 m) présentée avec le 1.5 TSI de 150 ch (4,2 l/100 km, 112 g en NEDC). Un modèle exposé en livrée Bleu Racing et en finition Style à partir de 29 370 euros TTC.

Fiat se met à l’hybridation légère sur ses citadines Panda et 500. Cette dernière paradait donc en Hybrid 1.0 BSG de 70 ch Stop&Start, en finition Star au prix de 16 990 euros TTC (hors options). Ainsi motorisée, la 500 affiche 3,9 l/100 km et 88 g en NEDC (119 g en WLTP). Pour appuyer ses engagements environnementaux, Fiat Professional avait également dépêché son fourgon Ducato en version Natural Power à bi-carburation essence/GNV.

Chez Alfa Romeo, on pouvait admirer le Stelvio 2020 avec son 2.2 diesel de 160 ch, associé à une boîte automatique à 8 rapports AT8. Ce SUV premium se montrait dans une livrée Bleu Monte-Carlo en finition Ti avec jantes de 19 ’’ et intérieur cuir, pour 54 000 euros TTC (hors options).

Chez Jeep, le Compass s’équipait lui aussi d’une motorisation diesel 1.6 Multijet de 120 ch (5,1 l/100 km et 129 g en NEDC) avec boîte manuelle à 6 rapports. Prix de ce modèle 4×2 exposé en Brooklyn Edition : 34 300 euros TTC (hors options).

Deux nouveaux SUV chez Ford

Chez Ford, deux grandes nouveautés était dévoilées : le SUV urbain Puma et son grand frère le Kuga. Le premier se dotait du 1.0 EcoBoost mild hybrid (MHEV) de 155 ch avec boîte manuelle à 6 rapports. Dans sa version suréquipée ST-Line X et sa carrosserie rouge, le Puma jouait la carte de la sportivité chic (à partir de 27 900 euros TTC). Tout comme le Kuga qui lui s’affichait en version hybride plug-in (32 g) avec son moteur 2.5 Duratec de 225 ch et sa boîte eCVT.

Déjà au rendez-vous l’an dernier, Honda a présenté en exclusivité sa Honda e, une citadine 100 % électrique de 3,89 m de long (5 portes et 4 places). Son design minimaliste et high-tech a suscité enthousiasme et curiosité avec ses poignées de porte affleurantes, son système de rétro-vision intérieure par caméra ou son bandeau d’écrans couvrant toute la largeur de la planche de bord. Concurrente de la Mini Electric, la Honda e (à partir de 35 060 euros TTC) embarque une batterie de 35 kWh avec gestion thermique, ce qui lui garantit une autonomie de 222 km (WLTP). Elle offre en outre un rayon de braquage ultra court de 4,3 m pour une maniabilité optimale en ville. On pouvait aussi apercevoir le SUV CR-V dans son unique version essence hybride 1.5 i-VTEC i-MMD de 184 ch (120 g/km), dont la gamme débute à partir de 34 600 euros TTC en deux roues motrices.

Chez Hyundai et Kia, deux crossovers électrifiés assuraient le spectacle. Avec ses 204 ch et sa grosse batterie de 64 kWh, le Hyundai Kona Electric offre 449 km d’autonomie (WLTP). Un modèle commercialisé en Business pour les entreprises à partir de 42 700 euros TTC, ou dès 37 900 euros avec la batterie de 39 kWh (289 km d’autonomie). Aussi décliné en 100 % électrique, le Kia Niro misait sur l’hybride rechargeable PHEV (1,3 l/100 km, 39 g en NEDC) avec un moteur 1.6 essence associé à un bloc électrique, soit 141 ch au cumul. Son autonomie atteint 58 km (NEDC) en 100 % électrique.

Toyota et Lexus en force

Pour sa part, le groupe Toyota a aligné pas moins de six modèles dans le hall d’exposition. Tous équipés du full hybrid maison. Restylé il y a peu, le C-HR était exposé en version haut de gamme Collection avec intérieur cuir alcantara. Ce crossover bénéficiait du 2.0 hybride de 184 ch (4 l/100 km, 92 g), tout comme la Corolla Touring Sports en livrée rouge vif, un peu plus efficiente (3,7 l/100 km, 85 g) mais tout aussi bien dotée en version Collection avec intérieur cuir noir. Le plus imposant RAV4 s’équipait lui de quatre roues motrices (4WD) et d’un plus gros bloc hybride 2.5 de 222 ch (4,4 l/100 km, 100 g). Avec ce moteur de 218 ch, la berline Camry glissait elle sous la barre des 100 g (4,3 l/100 km, 98 g).

Chez le cousin Lexus, le SUV compact UX 250h arborait ses lignes spectaculaires en version F Sport Executive 4WD (4,4 l/100 km, 101 g). Tandis que la grande routière ES 300h, elle aussi en finition F Sport Executive, affichait 4,4 l/100 km et 100 g. Ou comment faire rimer luxe et sobriété.

Une autre grande nouveauté était à découvrir : la Mini Electric. Avec sa carrosserie 3 portes White Silver et sa finition Greenwich, le modèle s’affichait à partir de 32 900 euros TTC. Forte de 184 ch, la Mini Electric a droit à une batterie de 32,6 kWh qui peut se recharger jusqu’à 50 kW. Son autonomie atteint 234 km et sa consommation d’électricité s’établit à 14,8 kWh/100 km.

Le premium en hybride rechargeable

Dans un autre registre, BMW présentait le grand SUV X5 (7 places) en hybride rechargeable xDrive45e (à partir de 65 900 euros TTC ou 799 euros/mois en LLD avec apport). Développant 394 ch grâce à son 6-cylindres essence 3.0, l’engin offre une autonomie 100 % électrique de 86 km. Avec à la clé d’excellentes valeurs énergétiques : 1,5 l/100 km pour 33 g.

Pour sa part, Mercedes alignait son GLC dans sa récente version hybride rechargeable 300e 4Matic en finition AMG Line. Branché à une station EQ, le SUV affichait 2,4 l/100 km pour 54 g. À noter que le constructeur prévoit de décliner une version diesel hybride rechargeable l’été prochain.

Chez Volvo, c’est un XC40 T5 Twin Engine DCT 7 Inscription Luxe qui occupait le terrain. À partir de 34 750 euros TTC, ce SUV compact hybride plug-in adopte un 3-cylindres essence turbo de 180 ch, associé à un moteur électrique de 82 ch. Grâce à sa batterie lithium-ion de 10,7 kWh, il peut rouler en 100 % électrique sur 44 km, soit une consommation de 1,9 l/100 km pour 44 g.

Enfin, les marques anglaises Jaguar et Land Rover ont participé au salon avec une Jaguar I-Pace EV400 AWD, un SUV électrique premium de choc et de charme, et un Land Rover Discovery Sport en version diesel D180 SE et finition R Dynamic. Leurs tarifs n’étaient pas affichés.

LE COIN DES PRESTATAIRES

Alignés derrière les rangées de VP, de nombreux prestataires de services sont venus présenter leurs solutions avec des utilitaires transformés en ateliers mobiles. Au total, plusieurs aménageurs et réparateurs étaient réunis : Mobitec (Master), Optima-System (Master L2H2), Modul System (Master), Sortimo By Gruau (Ducato), Kollé (Kangoo Z.E. pick-up benne), Bott (Master L1H1), System Edström (Expert), Stiram, Euromaster (Transporter T6) et Carglass. D’autres exposants ont répondu à l’appel comme le spécialiste du film pour vitrage automobile (sécurité, solaire et marquage) Glastint (Opel Adam) ou les fabricants de scooters Cargo utilitaires Vimoto et Qooder.

  • Bott
  • Carglass
  • eQooder
  • Euromaster
  • Kollé
  • Mobitec
  • Modul-System
  • Optima-System
  • Sortimo
  • Stiram

PARTAGER SUR