Rencontres Flottes Automobiles 2019 : les nouveautés au rendez-vous

Lors des Rencontres Flottes Automobiles de février dernier, les visiteurs ont pu admirer près de soixante véhicules dont de nombreuses nouveautés telles que le DS 3 Crossback, la Tesla Model 3 ou le Mercedes EQC. De nombreux utilitaires, transformés par des aménageurs et autres réparateurs, étaient aussi de la partie. Rétrospective d’une visite guidée.

- Magazine N°246
2871
DS 3 Crossback

Commençons par les français et le Groupe PSA dont les quatre marques avaient répondu à l’appel pour la huitième édition de ces Rencontres Flottes Automobiles. DS en a profité pour dévoiler sa grande nouveauté, le DS 3 Crossback dans une livrée bi-tons bleu Millenium avec un pavillon noir Onyx. Cette version haut de gamme Grand Chic (37 300 euros TTC) s’équipait du moteur essence PureTech de 155 ch et de la boîte automatique EAT8 (5,2 l/100 km, 119 g/km de CO2).

Le DS 3 Crossback en vedette

Autre nouveauté chez Citroën, le C5 Aircross était présenté en finition Shine (39 150 euros TTC) dans une robe gris Platinium. Avec sous le capot un diesel BlueHDi de 180 ch EAT8 (4,9 l/100 km et 124 g). Un troisième SUV était de la partie, non pas le Peugeot 3008 mais son cousin l’Opel Grandland X. Doté du 1.5 Ecotec diesel de 130 ch (108 g) et d’une boîte manuelle à 6 rapports, ce modèle se déclinait en finition Ultimate (40 615 euros TTC), avec à la clé un équipement complet.

Peugeot avait choisi pour sa part d’exposer son break 508 SW (4,77 m) en version GT, avec sous le capot le même diesel que le C5 Aircross (4,7 l/100 km, 124 g/km). Son prix : 48 900 euros TTC.

De son côté, Renault avait dépêché son Kadjar (4,45 m) tout juste restylé, dans sa nouvelle version essence TCe 140 ch avec boîte à double embrayage EDC (34 580 euros TTC). Si l’évolution stylistique ne saute pas aux yeux, la finition Intens couleur bleue avec jantes de 19 ’’ diamantées et feux avant à Led ne manquait pas d’allure. Auprès de ce Kadjar, Renault avait installé une Talisman noire Initiale Paris (42 930 euros TTC), histoire de marquer son territoire haut de gamme. Cette grande berline de 4,85 m de long s’équipait d’un dCi de 160 ch avec boîte EDC, et du châssis 4Control (4 roues directrices). Quant à la citadine Zoé 100 % électrique, elle arborait les couleurs de Renault Mobility en version Intens R90 (400 km d’autonomie) avec des jantes Aerotronic de 16 ’’ (24 100 euros TTC, hors bonus).

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Sa voisine et cousine la Nissan Leaf (4,49 m), elle aussi 100 % électrique, était présentée avec sa batterie 40 kWh en finition haut de gamme Tekna (40 850 euros TTC, hors bonus). Avec à la clé la technologie ProPilot pour la conduite semi-autonome et le système AVM de vision intelligente à 360 °.

Renault Nissan Mitsubishi : l’axe électrique

Dans un autre registre, Mitsubishi a profité de l’événement pour rappeler son expertise de l’hybride rechargeable avec l’Outlander PHEV Twin Engine en finition Instyle. Pour rappel, il s’agit du premier SUV à avoir adopté ce type de motorisation, ce qui lui permet d’afficher 1,8 l/100 km pour 40 g, tout en délivrant 135 ch. L’Outlander PHEV (4,49 m) est commercialisé à partir de 36 990 euros TTC.

Le groupe FCA (Fiat) a réuni ses trois marques lors des Rencontres. Avec au programme trois SUV dont deux nouveautés ou plutôt deux restylages, ceux de la Fiat 500X et de sa cousine et rivale la Jeep Renegade, toutes deux évoluant dans le même segment.

Le coin des prestataires

Alignés derrière les rangées de VP, de nombreux prestataires de services sont venus exposer leurs solutions avec des utilitaires transformés aux formats différents, du break au fourgon. Au total, une dizaine d’aménageurs était au rendez-vous : Mobitec (Boxer), Optima System (Master), Modul-System (Master), Stiram (Trafic), Sortimo By Gruau (Boxer), Guernet (Berlingo), Rolide (Mégane Estate et Transit Custom), Les Ateliers de Saint-Ouen (Master et Sprinter), Bott (Sprinter L2H2) et JL Utilitaires (Goupil G4 Fourgon). Chacun présentait sa conception de l’atelier de services avec des systèmes de rangement modulaires, standards ou sur mesure. Deux réparateurs ont aussi apporté leur engin d’intervention, ou ateliers mobiles, pour le remplacement des pneus ou l’entretien courant des véhicules : Eurofleet (Trafic III) et Euromaster (Transporter T6).

  • Euromaster
  • Volkswagen-e-Crafter
  • Goupil
  • Guernet
  • Les-Ateliers-de-Saint-Ouen
  • Mercedes-Sprinter
  • Modul-System
  • Rolide
  • Sortimo

Des restylages chez Fiat

Le SUV italien, la Fiat 500X, en version City Cross Business de couleur blanche (27 240 euros TTC), se dotait d’un diesel 1.6 Multijet de 120 ch DCT (4,7 l/100 km, 123 g). L’américaine Jeep Renegade (4,23 m) créait le contraste avec sa teinte rouge vif et sa motorisation essence 1.3 GSE T4 de 150 ch (4×2). Prix de cette version Limited : 32 880 euros TTC. Un cran au-dessus, on pouvait admirer le Stelvio d’Alfa Romeo en version Lusso 2.2 diesel de 210 ch AT8 (144 g), le seul des trois SUV à offrir une transmission intégrale Q4. Son prix : 63 530 euros TTC.

BMW en deux et quatre-roues

Alors qu’on s’attendait à découvrir la nouvelle Série 3 ou le nouveau X3, BMW a créé la surprise en faisant le choix du tout-électrique pour ces Rencontres. Ainsi, on pouvait voir la citadine i3 en version 170 ch à 55 920 euros TTC (hors bonus), et la Mini Countryman en e-All4 de 224 ch (46 790 euros TTC). À noter que ce SUV hybride rechargeable ne consomme que 2,4 l/100 km pour 55 g. BMW était aussi le seul constructeur à aligner des deux-roues : le scooter C 400 X et la moto R 1250 GS Exclusive.

Groupe Daimler : l’offensive électrique

Pour sa part, Mercedes a profité du salon pour dévoiler ses nouveautés dont la berline CLA, variante coupé 4 portes de la Classe A. Longue de 4,69 m, celle-ci se déclinait dans une livrée rouge vif en version 250 essence (225 ch) AMG Line avec des jantes de 19 ’’. La dernière Classe B se trouvait à proximité, également en AMG Line, mais en version diesel 200d plus adaptée au monde des flottes. Aucun prix n’était donné pour ces deux modèles.

On pouvait aussi admirer un peu plus loin le nouveau SUV 100 % électrique EQC, bientôt commercialisé au prix fort autour de 85 000 euros. Ce concurrent de la future Audi e-tron et autre Jaguar I-Pace délivre pas moins de 408 ch et peut parcourir 400 km (WLTP). En matière d’électromobilité, le groupe de Stuttgart n’avait pas oublié Smart avec une Forfour ED (100 % électrique) en haut de gamme Prime pour assurer le spectacle.

Groupe Volkswagen : les SUV à l’honneur

Mise à part une e-Golf 100 % électrique de 136 ch à 43 780 euros TTC (hors bonus), le groupe Volkswagen avait mis l’accent sur les SUV. C’est donc le nouveau Touareg qui était mis en avant en 3.0 TDI de 286 ch (6,6 l/100 km, 173 g), à 88 475 euros TTC.

Sur le segment inférieur, Audi avait installé son récent Q3 dans une version essence 45 TFSI de 230 ch (7,5 l/100 km, 171 g), plus aguicheuse que réellement destinée aux flottes, avec un prix de 63 720 euros TTC.

Plus accessible et plus fonctionnel, le Seat Tarraco était lui aussi exposé en version haut de gamme Xcellence 4Drive (4 roues motrices) avec, sous le capot, un 2.0 TDI de 190 ch (5,6 l/100 km, 144 g). Cousin du Skoda Kodiaq, ce modèle 7 places aligne un volume de coffre immense de 760 l cette fois en configuration 5 places. Comptez 45 620 euros TTC.

Enfin, Skoda est revenu cette année avec son Karoq, dans une version suréquipée Sportline essence 2.0 TSI ACT de 190 ch, avec transmission intégrale et boîte DSG7. Son prix : 41 600 euros TTC.

Florilège de nouveautés chez Toyota avec pas moins de quatre véhicules exposés, tous hybrides. Dont la nouvelle Corolla qui succède à l’Auris en ressuscitant un patronyme historique. Cette berline compacte était dévoilée en finition 180h Dynamic Business (31 750 euros TTC) pour les entreprises, dans une livrée bronze Impériale, avec sa motorisation hybride la plus puissante de 180 ch. Celle-ci n’en demeure pas moins très sobre avec une consommation mixte de 3,3 l/100 km pour 76 g.

Les curiosités

N’oublions pas les outsiders comme la société MDI avec son prototype de véhicule urbain à 2 places : l’Airpod 2.0 version standard. Cet engin étonnant, doté d’une seule porte à battant à l’avant (façon BMW Isetta) et d’un volume de chargement de 500 l, embarque un moteur à air comprimé dont la société garde le secret depuis de nombreuses années. MDI produira ses premiers Airpods en Europe et a vendu une licence de sa technologie à Tata pour l’Inde. La marque de deux-roues utilitaires Askoll misait pour sa part sur ses vélos électriques (eB4) et ses scooters à grandes roues pour le transport en milieu urbain. Le constructeur Man Truck mettait quant à lui en avant son fourgon TGE 4×4 dérivé du Crafter.

  • Airpod MDI
  • Gamme Askoll

Une pluie de nouveautés pour Toyota-Lexus

À ses côtés se trouvait le dernier RAV4 (4,60 m) avec son design anguleux et sa carrosserie bi-tons blanc nacré avec un pavillon noir brillant. En l’occurrence une version hybride 2WD Collection suréquipée et vendue 47 600 euros TTC. Son petit frère le CH-R s’illustrait pareillement avec deux couleurs, rouge Allure avec un toit noir, en finition Collection (36 300 euros TTC) avec une motorisation hybride de 122 ch (3,8 l/100 km, 86 g). Enfin, on pouvait admirer la nouvelle grande berline Camry (4,88 m), équipée d’un 2.5 hybride de 218 ch (4,2 l/100 km, 98 g), mais sans son prix.

Pour sa part, Lexus misait sur son nouveau SUV compact UX 250h (4,49 m), sans non plus en donner le prix, et sa nouvelle berline ES 300h (4,97 m) en Executive (62 990 euros TTC). Deux modèles uniquement proposés en hybride (178 et 218 ch) avec à la clé d’excellentes valeurs de consommation et d’émissions : 4,1 l/100 km et 94 g pour l’UX, 4,4 l/100 km et 100 g pour l’ES.

Honda : l’hybride ou rien

Bien plus discret sur le marché des flottes, Honda a tenu à opposer au RAV4 son nouveau CR-V commercialisé exclusivement en hybride. La motorisation i-MMD de ce SUV familial (4,60 m) est basée sur un 2.0 essence associé à un moteur électrique, l’ensemble développant 184 ch. Équipé de la transmission intégrale 4WD, le modèle exposé affichait 5,5 l/100 km pour 125 g. Avec sa peinture blanc Platine en option, son prix atteignait 47 376 euros TTC.

Volvo : l’atout charme

Fidèle au rendez-vous, Volvo a honoré ces Rencontres avec son dernier V60. Un break de charme de 4,76 m, qui n’en demeure pas moins généreux pour l’espace habitable et le volume utile avec un coffre de 529 l (jusqu’au 1 441 l banquette rabattue). Dans sa robe sombre bleu Denim avec intérieur cuir Nappa beige, cette version D4 Inscription Luxe embarquait un diesel de 190 ch (4,5 l/100 km, 119 g) et une boîte automatique Geartronic à 8 rapports. Prix du modèle : 63 020 euros.

Ford : la Focus s’active

Au lieu de parier sur sa dernière Focus en version Business pour les entreprises, Ford a mis en avant la finition Active que l’on retrouve sur la Fiesta. Celle-ci se caractérise par un look de baroudeur avec garde au sol surélevée, barres de toit et protections de carrosserie. Cette Focus des champs s’offrait un moteur essence 1.5 EcoBoost de 150 ch (5,6 l/100 km, 121 g) associé à une boîte automatique à 8 rapports. Avec sa peinture tri-couches Ivoire (blanc) en option, cette Focus est vendue 28 100 euros TTC.

Tesla : la nouvelle star

Très attendue, la Tesla Model 3 était l’une des plus grandes attractions du salon. Ligne sculpturale, intérieur minimaliste avec écran géant, cuir vegan et bois véritable : cette petite sœur de la Model S mise sur les mêmes technologies de propulsion 100 % électrique. Sulfureuse dans sa robe noire avec ses jantes de 20 ’’, cette Model 3 Performance (4,69 m) affichait 475 ch et une autonomie de 530 km. Dotée de la transmission intégrale et du fameux système de pilotage automatique (conduite autonome), elle coûte 69 600 euros TTC.