Patrick Prudent, dirigeant de Recma : « Le crédit-bail pour gérer les reventes »

Spécialiste de la fourniture et de la pose de carrelage basé en Essonne, Recma a retenu la LOA pour sa quinzaine de véhicules, à l’exception d’un modèle électrique financé en LLD.

- Magazine N°212
713
Patrick Prudent

« Le leasing reste un choix financier plus intéressant. Nous gardons les véhicules à la fin du contrat. Le plus souvent, cela représente une part extrêmement réduite de leur valeur en fonction de la négociation de départ. Ensuite, nous les revendons auprès du garage où nous achetons le véhicule suivant. Ce qui fait une belle mise à chaque fois. Avec une dizaine de VP et cinq utilitaires, cela demeure assez simple à gérer. En outre, le leasing ne porte pas sur la trésorerie et la capacité d’investissement », explique Patrick Prudent.

Parmi ses dix VP, la flotte de Recma compte désormais une BMW i3 électrique. « Un choix de curiosité, avoue ce dirigeant. L’avantage de ce véhicule qui fonctionne très bien, c’est le petit moteur thermique qui permet de recharger la batterie en cas de problème d’autonomie. Nous arrivons donc toujours à rejoindre la destination », ajoute-t-il. En revanche, le responsable a opté cette fois pour un financement en LLD : « Nous n’avons pas de visibilité sur le potentiel de revente. Il y a donc une incertitude », complète-t-il.

La flotte de RECMA en chiffres

• 10 VP et 5 utilitaires

PARTAGER SUR