Valérie Plasmans, gérante d’un Class’croûte : « Des scooters électriques à l’achat »

C’est par conviction et pour l’image que Class’croûte, livreur de plateaux-repas et de sandwichs dans le 17e arrondissement de Paris, a choisi et acheté ses scooters électriques.

- Magazine N°212
891
Valérie Plasmans - Class'croute

« Les clients sont sensibles au fait de voir arriver leurs repas livrés par des véhicules électriques », note Valérie Plasmans. LLD ou achat ? Cette dernière solution s’imposait « car il faut être propriétaire des véhicules pour obtenir la prime de la ville de Paris. D’ailleurs, je ne suis pas intéressée par la LLD. La flotte ne constitue pas un poste d’investissements très important et j’ai de bons contacts avec mon banquier », précise la responsable. La Yaris hybride a donc été également financée par un emprunt bancaire. « L’hybride, ajoute-t-elle, permet de ne quasiment pas payer de taxe sur les véhicules de société. »

Le bilan de l’achat des scooters reste cependant mitigé : « La durée de vie des batteries demeure un peu décevante et la rentabilité loin d’être immédiate. » Côté plus, Valérie Plasmans cite « des besoins d’entretien a minima » et bien sûr « le fait de se passer de carburant ».

Seul un véhicule de la société est encore thermique : une fourgonnette Peugeot Expert réfrigérée. « Pour l’instant, je n’ai pas encore trouvé de véhicule réfrigéré assez grand en électrique », constate Valérie Plasmans.

La flotte de Class’croûte en chiffres

• 5 scooters électriques Matra e-MO XP, 1 Yaris comme VS, 1 fourgonnette Peugeot Expert réfrigérée

PARTAGER SUR