• Mots clés connexes
  • GPL

Saab 9-7X 5. 3i V8 GPL : un Chevrolet Traiblazer revisité

En important le Chevrolet Trailblazer rebadgé Saab 9-7X, les concessionnaires Saab de l’Hexagone veulent avant tout conserver leur clientèle souvent attirée par les mirages des gros SUV allemands ou suédois.

- Magazine N°121
508

Les stratèges commerciaux nord-américains de General Motors, propriétaire du suédois Saab, ont avant tout visé le marché US en concoctant sur le papier cette Saab 9-7X. Il s’agit en effet du gros SUV Trailblazer fabriqué à Moraine dans l’Ohio mais qui a droit a quelques modifications pour ne pas trop dérouter le client traditionnel de la marque habitué à une qualité de fabrication haut de gamme européenne. Pas question de toucher à la coque ni aux trains roulants, en revanche, la calandre, les boucliers avant et arrière et les phares avant impriment une signature facilement reconnaissable. Plus notable – et c’est tant mieux ! – la planche de bord, la console centrale avec la fameuse clé Saab et les contre-portes sont totalement nouvelles et d’excellente facture : il n’y a donc pas tromperie sur la marchandise… Si l’on accepte une certaine indolence de comportement, avec en particulier un essieu arrière semi-rigide qui saura vous rappeler sa présence sur routes bosselées par ses écarts de conduite.

Pour le reste, il était difficile de loger sous le capot de ce gros SUV (4,91 m de longueur,1,74 m de hauteur et 2,2 tonnes à vide) des motorisations 4 cylindres européennes, y compris diesels. On retrouve donc un classique de la gamme GM, le V8 Vortec de 5. 3 l de 300 ch et 447 Nm de couple. Avec ses deux soupapes par cylindre et son simple arbre à cames en tête, il n’affiche pas un rendement extraordinaire tout en nécessitant tout de même une vingtaine de litres de super tous les 100 km. En rallongeant la facture de 5 200 €, la version GPL (62 100 €) permet de s’affranchir en partie de ce gouffre financier tout en continuant d’apprécier les bienfaits d’un gros V8 qui se conduit sur un filet de gaz… Le réservoir de 80 l utiles de gaz remplace la roue de secours sans entraver la contenance du grand coffre (1,1m3 en position normale). Si la consommation moyenne demeure plus ou moins équivalente, l’autonomie est quasiment doublée et les plus attentifs sauront rouler uniquement au GPL. Et l’agrément de conduite est équivalent puisqu’il s’agit d’une injection séquentielle liquide phasée, le nec plus ultra dans le domaine (Icom- JTG).