Salon de Francfort 2009

Salon de Francfort 2009 : De l’électricité dans l’air !

Même si aucun panonceau ne précisait son prix de vente, la voiture électrique était omniprésente sur quasiment tous les stands du salon de Francfort version 2009.

- Magazine N°152
499

L’électricité a gagné ses galons et chaque constructeur a fait diligence pour proposer sa solution à court ou moyen terme. Car chacun y va de sa date de commercialisation qui reste fixée au mieux… vers 2011. On reste toutefois dubitatif devant les prévisions de parts de marché des voitures électriques annoncées aux alentours de 1,5 % en 2020 pour Martin Winterkorn, le patron de Volkswagen et à 10 % pour Carlos Ghosn, patron de Renault.

Il faut dire que ce dernier ayant fait l’impasse, faute d’argent à investir, sur l’hybride, a tout misé sur les 4 concept-cars électriques lancés à Francfort. On reste aussi perplexe face au grand écart de l’offre électrique entre une Audi e-tron, ultra-sportive de 313 ch et une Peugeot BB1 et ses 40 ch.Alors que toutes deux, comme la très grande majorité des véhicules électriques présentés, font appel à des batteries lithium-ion dont les défauts (échauffement important, rendement variable, recharge longue et durabilité) ne sont pas tous résolus. Raisons pour lesquelles d’ailleurs, Toyota ou bien encore Mercedes les réservent à des utilisations dans les véhicules hybrides, là où la demande de puissance est moins forte et laisse le temps aux batteries de refroidir. Il n’en reste pas moins que l’on avait jamais vu sur un salon un aussi grand nombre de véhicules électriques et une telle débauche de watts, tant sonores que visuels pour vanter les mérites d’une technique qui a signé les… débuts de l’automobile il y a plus d’un siècle avec la « Jamais Contente » !

Renault, déjà une gamme «tout» électrique

Tous les feux de la rampe (électrique) étaient donc braqués sur Renault qui dévoilaient pas moins de 4 véhicules électriques dont un déjà connu dont « Flottes Automobiles » vous avait réservé la primeur de l’essai avant l’été : le Kangoo ZE. Ce modèle qui sera commercialisé en 2011 développera 70 kW et 226 Nm de couple et ses batteries lithium-ion seront rechargeables en 4 à 8 heures sur une prise standard, 20 minutes sur une borne rapide ou bien encore en quelques minutes avec le système Quickdrop d’échange des batteries. L’autonomie annoncée est de 160 km pour une vitesse maxi de 130 km/h.

Mais dans la gamme Renault électrique, c’est la Fluence ZE qui sera la première commercialisée (début 2011).Version 100 % électrique de la Mégane trois volumes dévoilée elle aussi à Francfort, la Fluence ZE (4,82 m de longueur) reprend le même groupe motopropulseur et la même autonomie que le Kangoo ZE ainsi que les temps de recharge. Suivront en 2012 deux véhicules au design plus futuriste : la Zoe, une compacte de 4,10 m de longueur et toujours emmenée par le moteur électrique de 70 kW/95 ch (autonomie et recharge identique, vitesse maxi de 140 km/h) et par la petite citadine Twizy ZE (2,30 m de longueur, 1,13 m de largeur, 2 places) qui a droit à un petit moteur de 15 kW/20 ch pour une vitesse maxi de 75 km/h et une autonomie de 100 km. Afin de réduire la consommation, ni chauffage, ni climatisation ne sont prévus… Plus proche du scooter ou de la voiturette sans permis que de la voiture.

Peugeot va manger du iOn !

Chez Peugeot, on ne met pas tous ses œufs dans le même panier et, aux côtés des hybrides diesel/ électrique, la marque au Lion a finalement obtenu de son partenaire Mitsubishi la commercialisation dès la fin de l’année prochaine de sa iMiev rebadgée Peugeot et baptisée iOn (3,48 m de longueur). Son moteur de 47 kW/64 ch assure une vitesse maxi de 130 km/h pour une autonomie de 130 km en cycle mixte normalisé. La recharge s’effectue en six heures sur prise classique ou en 30 mn sur charge rapide. Quant à l’autre modèle électrique présenté par Peugeot à Francfort, la BB1, elle est plus proche du monde du scooter ou du quad avec ses 2×2 places en tandem sur un tunnel abritant le châssis tubulaire développé par Peugeot Motocycles. Ses deux roues arrière intègrent chacune un moteur électrique développé par Michelin et dévoilé au Mondial de l’Auto il y a un an. Vitesse maxi de 90 km/h et autonomie de 120 km.

Chez Citroën, la nouvelle C3, la DS3 et la Revolte tenaient la vedette, mais on présentait également un Berlingo First d’ancienne génération équipé d’un moteur électrique de 53 kW et 180 Nm (100 km/h et 100 km d’autonomie) qui sera commercialisé dès le début 2010 et dont les 500 premiers exemplaires seront fournis à La Poste.

2011 : le tournant électrique ?

Grande première chez Volkswagen qui faisait d’une pierre deux coups avec la présentation de la Up !, version définitive de sa future petite citadine (remplaçante de la défunte Lupo prévue pour 2011) et de sa motorisation 100 % électrique de 40 kW (autonomie de 130 km). Pas de précipitation pour cette E-Up dont la commercialisation n’est pas prévue avant 2013 !

Ford n’était pas en reste et présentait sa Focus BEV électrique dont une quinzaine d’exemplaires vont sillonner les routes britanniques l’année prochaine. C’est Magna qui fournit le groupe électrique de 100 kW/133 ch et l’autonomie annoncée est de 120 km pour une vitesse maxi de 136 km/h. La version « grand public » sera lancée en 2011 sur la nouvelle plateforme C des Focus et C-Max.On notait par ailleurs la présence du Ford Tourneo Connect qui roule déjà en test sur les routes britanniques depuis quelques mois aux côtés des Transit électriques.

Les autres modèles électriques présentés sur les stands étaient déjà dévoilés lors des salons automobiles précédents mais aucune précision supplémentaire n’était fournie sur les dates de commercialisation au grand public. On pourra donc parier sur 2011 au minimum pour les Smart e, Mini e ou encore Toyota iQ-Ev, trois citadines n’affichant pas plus de 100 km d’autonomie.

Salon de Francfort 2009

PARTAGER SUR