Salon de Francfort : Bosch dévoile ses innovations en avant-première

À quelques semaines du salon de Francfort, l’équipementier Bosch a dévoilé plusieurs innovations en lien avec les tendances du secteur automobile.

1597
Bosch essieu electrique trois-en-un 2
(c) Bosch - Essieu électrique "trois-en-un"

Au programme : réduire les émissions polluantes des véhicules thermiques, améliorer l’autonomie et la puissance des VE, augmenter la sécurité en ville et connecter les véhicules.

Un essieu électrique trois-en-un qui s’adapte aux différents types de véhicules

Bosch essieu electrique trois-en-un compatibilite vehicules
(c) Bosch

Première nouveauté, un essieu électrique regroupant les trois composants de l’entraînement : moteur, électronique et boîte de vitesses. Produit en grande série dès 2019, il a été conçu pour s’adapter à différents types de véhicules hybrides et électriques de moins de 7,5 t ; des compactes aux petits utilitaires en passant par les SUV.

En effet, sa puissance peut s’ajuster entre 50 et 300 kWh, et son couple entre 1 000 et 6 000 Nm. En outre, il s’installe aussi bien sur l’essieu avant que sur l’essieu arrière, et le système « trois-en-un » réduit à la fois le nombre de composants et leur encombrement. Avec cette solution, Bosch compte séduire un large panel de constructeurs, en plein développement de modèles électriques.

Éviter les collisions avec les piétons et les cyclistes en ville

Bosch se positionne aussi sur le secteur des équipements de sécurité, en pleine croissance. L’équipementier présentera au salon deux systèmes d’évitement des collisions conçus pour protéger piétons et cyclistes en environnement urbain. Le premier est un freinage d’urgence automatique qui s’active en 190 ms dès que ses capteurs radar ou vidéo du véhicule détectent un risque. Le second avertit les passagers si l’ouverture de la portière risque d’heurter un autre usager. Pour cela, il réutilise les capteurs radar arrière à moyenne portée (20 m) destinés à la surveillance les changements de voie sur autoroute.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Perfectly Keyless : une clé numérique pour les flottes

Bosch Perfectly Keyless gestion clesEnfin, la connectivité sera également au rendez-vous, avec le dispositif Perfectly Keyless. Via une application smartphone, le conducteur reçoit une clé de sécurité unique. Lorsque le smartphone est à moins de 2 m du véhicule, il est reconnu par des capteurs radio : les portières se déverrouillent et le bouton start/stop s’active. Inversement, lorsque le smartphone s’éloigne de plus de 2 m, le véhicule se ferme automatiquement et une notification de confirmation est envoyée.

Le système peut être utilisé pour gérer des véhicules en pool. Le gestionnaire de flotte génère une clé pour chaque conducteur, avec si besoin une limitation dans le temps et l’espace. Côté sécurité, en cas de perte du smartphone gérant l’ensemble des clés, l’accès au véhicule peut être totalement bloqué en ligne.

Les carburants de synthèse en complément de l’électromobilité

Bosch carburants synthese
(c) Bosch

Alors que les constructeurs allemands soutiennent un diesel « moderne et propre » (voir notre brève), Bosch a apporté sa contribution. L’équipementier a ainsi publié une étude sur le potentiel des carburants de synthèse – ou eFuels – pour rendre le moteur à combustion neutre en CO2. En effet, les eFuels (essence, gazole, gaz ou kérosène) sont fabriqués à partir d’hydrogène produit tiré d’énergies renouvelables et de carbone. Ce dernier peut provenir de processus industriels, ou bien du CO2 filtré directement dans l’air.

Les émissions de CO2 générées par la combustion des carburants de synthèse sont ainsi compensées. En outre, selon Bosch, « les carburants de synthèse peuvent être conçus de manière à ne générer pratiquement pas de suies lors de la combustion, ce qui réduirait les coûts du post-traitement des gaz d’échappement. »

Malgré des installations de traitement encore à l’état de pilote et très onéreuses, l’équipementier estime qu’une « montée en puissance de la production et une évolution favorable du prix de l’électricité pourraient entraîner une baisse conséquente du prix des carburants de synthèse », rendant possible « à long terme d’atteindre des coûts hors taxe de l’ordre de 1,00 à 1,40 euro le litre ».

L’utilisation d’eFuels permettrait ainsi de verdir les flottes d’avions, de bateaux et de camions, tout en préservant le réseau de stations-service existant, et ce en complément des VE.