Salon de Genève 2019 : l’électrification avant tout

La 89e édition du salon de Genève met à l’honneur deux grandes nouveautés françaises, la Renault Clio V et la Peugeot 208 II, futurs best-sellers dans les flottes. Avec en outre une déferlante de modèles électriques et hybrides, notamment parmi les marques premium, aux côtés de concept-cars tournés vers la mobilité de demain. Visite guidée.

1545
Genève 2019

Le salon de Genève n’a pas échappé à la malédiction avec une vague de défections sans précédent : Jaguar Land Rover, Ford, Volvo, Hyundai, Opel ou encore DS manquent à l’appel de ce rendez-vous considéré comme le plus prestigieux au monde. Il n’empêche, les marques fidèles n’ont pas fait dans la demi-mesure et ont profité pleinement de l’occasion. C’est le cas de Peugeot avec sa récente 208 et de Renault qui lui oppose sa rivale de toujours, la Clio V.

La 208 frappe fort avec son design en rupture par rapport à l’ancienne génération. Plus agressive avec son capot allongé, ses flancs sculptés, ses crocs lumineux à l’avant et son bandeau noir laqué à l’arrière, elle reprend les codes stylistiques de la 508. Y compris à bord où l’on retrouve une ré-interprétation de l’i-Cockpit avec des compteurs digitaux et un grand écran en hauteur, de quoi créer une ambiance singulière et sportive.

Conçue sur la nouvelle plate-forme CMP du Groupe PSA, cette petite lionne gagne 9 cm en longueur (4,05 m) et perd 3 cm en hauteur (1,43 m). Elle aura droit à trois moteurs essence PureTech de 75, 100 et 130 ch, et à un diesel de 100 ch. Surtout, elle se décline d’emblée en version 100 % électrique de 136 ch. Cette e-208 vient compléter la gamme par le haut avec une finition GT qui lui est réservée.

La 208 fait son entrée…

Chez Peugeot, on peut aussi admirer la 508 Sport Engineered, un concept très réaliste qui préfigure une version hybride rechargeable haute performance prévue à l’automne 2020. Cette version radicale de 350 ch et 500 Nm viendra compléter la 508 Hybrid de 225 ch, attendue elle d’ici la fin d’année. Capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4,2 s, cette 508 Sport Engineered assurera une autonomie de 45 km en mode 100 % électrique, pour un petit 49 g/km de CO2 en moyenne.

Chez Citroën, on fête le centenaire de la marque avec deux légendes, une 2CV et une Traction. Autour d’elles, les modèles actuels leur rendent hommage à travers une finition spéciale Origins en noir et blanc. À défaut de grandes nouveautés, Citroën se tourne aussi vers le futur avec son concept Ami One, pétri de références au passé de la marque. Plus courte qu’une Smart (2,5 m de long), cette voiturette électrique en forme de cube est dédiée à la mobilité urbaine et se prêterait parfaitement à un usage en autopartage.

Dotée de deux places et de deux portes latérales s’ouvrant en sens opposé, cette Ami One ne pèse que 450 kg et peut parcourir jusqu’à 100 km grâce à sa batterie lithium-ion rechargeable en seulement deux heures (ou 1 heure pour 50 km). La vitesse maximale de l’engin est limitée à 45 km/h, si bien qu’il peut se conduire dès 14 ans comme un véhicule sans permis.

… face à la nouvelle Clio

Face à la pétillante Peugeot 208, Renault répond avec sa Clio V, l’autre grande vedette du salon. Si l’évolution extérieure n’est pas flagrante avec un design volontairement conservateur, la citadine de fait sa révolution à l’intérieur. Où elle affiche une qualité perçue en net progrès et une ergonomie plus soignée au volant avec son Smart Cockpit. Au programme, une grande tablette tactile verticale et inclinée côté conducteur (jusqu’à 9,3 ’’ selon les versions) et un combiné d’instrumentation digitale avec dalle TFT.

Basée sur une toute nouvelle plate-forme CMF-B, la Clio V a droit à plusieurs moteurs essence : 1.0 SCe de 75 ch, 1.0 TCe de 100 ch et 1.3 TCe de 130 ch. Et à deux diesel Blue dCi de 85 et 115 ch. Une version hybride essence e-Tech Hybrid, associée à une transmission automatique sans embrayage, complétera la gamme en 2020, avec des performances énergétiques sans doute intéressantes.

Chez Nissan, rien de neuf mais le concept-car IMQ en guise de manifeste. Ce SUV préfigure le style de la marque dont celui du prochain Qashqai en 2022. Il bénéficie de la technologie E-Power 100 % électrique qui délivre 340 ch et 700 Nm. Particularité : quatre moteurs électriques entraînent chacun une roue, tandis qu’un bloc essence 1.5 turbo fait office de prolongateur d’autonomie pour recharger les batteries.

Volkswagen au grand complet

À Genève, le groupe Volkswagen s’affiche au grand complet, avec une actualité riche. Chez Audi, la technologie 100 % électrique e-tron est à l’honneur avec une gamme en pleine construction : en plus du grand SUV e-tron et de la berline de choc e-tron GT, on peut admirer le concept Q4 e-tron qui dessine un SUV 100 % électrique prévu pour 2020.

Proche du Q3 par son gabarit (4,59 m), ce Q4 e-tron reçoit deux moteurs électriques développant plus de 300 ch (225 kW). De quoi accélérer de 0 à 100 km/h en 6,3 s. Ce SUV embarque une batterie de 82 kWh, pour une autonomie de 450 km (WLTP), et une recharge à 80 % en 30 minutes. Par ailleurs, Audi déploie l’hybride rechargeable sur de nombreux modèles : Q5, A6, A7 et A8. Ces versions, capables de parcourir 40 km en mode 100 % électrique, devraient être commercialisées dans l’année.

Chez Volkswagen, une belle surprise attend les visiteurs : le concept ID. Buggy, hommage aux modèles éponymes des années 60. Dépourvu de portes et de pavillon, cet engin de loisirs à deux places (4 m de long) est propulsé par un moteur électrique de 150 kW (204 ch) en position arrière, alimenté par une batterie lithium-ion de 62 kWh. De quoi assurer 250 km d’autonomie. Plus concret pour les flottes, on a aussi pu découvrir le SUV urbain T-Cross et ses finitions personnalisables, la Passat et le Multivan restylés.

Kamiq et Scala chez Skoda

Skoda dévoile pour sa part deux nouveautés. Dont le Kamiq qui débarque sur le segment des petits SUV avec un design original, inspiré de ses grands frères Karoq et Kodiaq. Ce cousin des T-Cross et Arona aligne des dimensions plus généreuses (4,24 m de long) qui profitent à l’habitabilité arrière ; le volume de coffre (de 400 à 1 395 l) reste dans la moyenne de la catégorie. Le Kamiq s’équipe de trois moteurs essence TSI de 95, 115 ou 150 ch, et d’un seul TDI de 115 ch.

Ces motorisations se retrouvent sur la prochaine compacte de la marque, la Scala, qui succède à la Rapid Spaceback. Si, avec ses 4,36 m de long, cette berline rejoint le segment de la Golf, elle est basée sur la plate-forme de la Polo. Ce qui n’empêche pas la Scala d’offrir une habitabilité et un volume de coffre (467 l) parmi les plus généreux de sa catégorie.

Chez Seat, l’ambiance est à la fête avec plusieurs concepts-car. À commencer par l’el-Born qui anticipe le premier modèle 100 % électrique de la marque, prévu en 2020. Un monospace au design affuté, vaguement inspiré de Tesla avec un intérieur épuré et spacieux pour cinq occupants. Utilisant la plate-forme et les technologies des futurs modèles ID. de Volkswagen, ce concept reçoit une batterie de 62 kWh pour une autonomie de 420 km (WLTP).

El-Born et Minimó chez Seat

Chez Seat, on peut aussi voir le Minimó, un drôle d’engin destiné à la mobilité urbaine. Rappelant furieusement le Renault Twizy, ce quadricycle électrique de 2,50 m de long et 2 places a été pensé pour l’autopartage urbain. Avec son emprise au sol de 3,1 m2 contre 7,2 m2 en moyenne pour une citadine, il est susceptible de libérer de l’espace de stationnement. Autre spécificité, il embarque des batteries non pas rechargeables mais interchangeables.

Toujours chez Seat, la jeune marque sportive Cupra mise sur sa toute première création : le concept Formentor. Équipé d’un moteur hybride rechargeable de 245 ch emprunté à la Passat GTE, ce coupé SUV au tempérament sportif devrait donner lieu à un modèle de série d’ici 2020. À suivre.

En première mondiale, le CLA Shooting Brake constitue la plus grande nouveauté du stand Mercedes. Beaucoup plus fluide et épuré que l’ancienne génération, ce break de charme conserve sa taille basse mais gagne 5 cm en longueur (4,69 m) et 3 cm en empattement. Selon Mercedes, il progresse en habitabilité à l’arrière et en volume de chargement avec un coffre de 505 l. De quoi remplir, mieux qu’avant, sa vocation familiale.

Cette variante break du CLA sera commercialisée en septembre et reprendra notamment les moteurs de la Classe A. Qui soit dit en passant se décline aussi en une version 4 portes différente de la CLA. Autres changements à signaler chez Mercedes, le restylage du GLC et une version EQV 100 % électrique de la Classe V elle aussi restylée.

Le premium allemand en tout-électrique

Pour fêter ses vingt ans, Smart donne à voir un concept rafraîchissant sur la base de la Fortwo. Ce Forease+ électrique se passe de vitres latérales et de lunette arrière, mais se pare d’un pare-brise et d’une coque en plastique recouverte d’un tissu orange aux faux airs de capote. Un exercice de style qui pourrait inspirer un modèle de série.

À Genève, BMW met en avant sa gamme hybride rechargeable. Déjà disponible sur de nombreux modèles (Série 2 Active Tourer, Série 3 et 7, X5), cette technologie fait son apparition sur le dernier X3 qui va enfin pouvoir affronter le Mercedes GLC hybride rechargeable.

Dans cette version xDrive30e commercialisée en fin d’année, le X3 embarque un moteur 2.0 de 184 ch associé à un bloc électrique de 41 ch. L’implantation de la batterie lithium-ion à l’arrière prive le coffre de 100 l mais permet au SUV de parcourir 50 km en 100 % électrique. Et d’afficher une moyenne de 2,4 l/100 km en cycle mixte pour 56 g. Intéressant pour les flottes.

Chez les italiens du Groupe FCA, Fiat s’est fendu d’un concept-car prometteur, le Centoventi, histoire de fêter ses… 120 ans. Visiblement inspirée de la petite Panda par son gabarit et son look craquant, cette citadine du futur a été pensée pour des usages divers et variés, privés ou de type autopartage.

Outre ses illuminations de carrosserie, ce Centoventi arbore un design intérieur dépouillé en apparence mais très riche esthétiquement et fonctionnellement. Avec à la clé de nombreuses possibilités de personnalisation, d’aménagement et de modularité.

Fiat électrifie ses gammes

Il est ainsi possible d’augmenter le nombre de sièges à bord et de changer les packs de batteries en fonction de ses besoins en autonomie, entre 100 et 500 km. À noter que ces packs de batteries sont interchangeables et peuvent être montés ou déposés par le conducteur du Centoventi. Malin.

Dans un autre registre, Alfa Romeo présente le Tonale, du nom d’un col des Alpes italiennes. Un des coups de cœur du salon. Ce SUV compact préfigure un modèle positionné en dessous du Stelvio. Attendu en 2021, il concurrencera les XC40, X1 et autre Q3. En attendant, ce concept aux lignes sculpturales et harmonieuses embarque une motorisation hybride rechargeable, avec un moteur thermique sous le capot pour entraîner les roues avant, et un bloc électrique pour les roues arrière.

Sur le stand Jeep, cette technologie de transmission intégrale se retrouve sous le capot des dernières Renegade et Compass 4x4e en première mondiale. Lancées au second semestre 2020, ces hybrides rechargeables associent un moteur essence 1.3 et un bloc électrique de 60 ch. Avec à la clé deux niveaux de puissance, 190 et 240 ch.

Si Volvo n’a pas participé au salon, sa division haut de gamme Polestar, elle, profite pleinement de l’occasion pour dévoiler sa berline 100 % électrique Polestar 2. Il s’agit du deuxième véhicule de la marque après le coupé Polestar 1 révélé l’an passé lui aussi à Genève. Cette berline 5 portes légèrement rehaussée vise clairement la Tesla Model 3.

Polestar remplace Volvo

Basée sur la plate-forme du XC40, la Polestar 2 sera produite et commercialisée à partir de 2020. Son prix d’attaque en Europe a déjà été fixé à 39 900 euros TTC. Animée par un moteur électrique de 408 ch et 660 Nm, elle se dote d’une grosse batterie de 78 kWh, logée dans le plancher, avec à la clé une autonomie de 500 km (WLTP).

Chez Toyota, toutes les nouveautés étaient connues depuis le Mondial de Paris : Corolla, Camry ou RAV4. Ne reste à Genève, en guise de premières mondiales, que deux versions de la Corolla : GR Sport et Trek, lancées en 2020. La première s’offre un plumage sportif avec jantes de 18 ’’ et intérieur cuir spécifique, mais conserve ses motorisations hybrides standards de 122 ou 180 ch. Pareillement motorisée, la version Trek n’existe qu’en break. Elle arbore un look de baroudeuse avec garde au sol surélevée de 20 mm, boucliers spécifiques et éléments de protection autour de la caisse.

Sur le stand du concurrent Mazda, la dernière Mazda3 affiche crânement sa plastique de rêve. Mais la grande surprise vient du tout nouveau CX-30, débarqué dans sa forme définitive. Ce SUV compact, entre le CX-3 et le CX-5, sera lancé en septembre. Long de 4,40 m, il rejoint le segment des Qashqai et 3008. Il bénéficiera du récent moteur essence SkyActiv-X de 180 ch et de la transmission intégrale i-Activ AWD en option.

L’e-prototype électrique de Honda

Une autre belle surprise attend les visiteurs, cette fois sur le stand de Honda, avec l’e-Prototype, un concept de citadine électrique 5 portes très proche du modèle de série et prévu en fin d’année. Long de 3,90 m et pouvant accueillir 4 personnes, l’engin séduit d’abord par son design « basique », simple et attachant avec ses optiques rondes à l’avant et à l’arrière. Son intérieur n’en demeure pas moins technologique avec cinq dalles numériques courant sur toute la largeur de la planche de bord, le tout souligné par un insert de bois. On retrouve aussi des écrans intérieurs de rétrovision de chaque côté, à la place des rétroviseurs extérieurs. Équipé d’un moteur électrique en position arrière sous le plancher du coffre, cet e-Prototype alignera environ 200 km d’autonomie, pas plus.

En l’absence de son jumeau Hyundai, le coréen Kia a pris ses aises avec le concept-car Imagine by Kia. Soit un crossover électrique haut de gamme, en forme de coupé SUV, qui donne les futures orientations stylistiques de la marque. Au programme, une calandre « Tiger Nose » lumineuse, des portières à ouverture antagoniste, un habitacle haute couture et technologique avec pas moins de 21 écrans à bord.

Dans un autre registre, plus actuel, Kia met en avant son prochain SUV urbain Soul (4,20 m) lancé dès ce printemps. En Europe, il ne sera proposé qu’en e-Soul 100 % électrique. Plus déluré que son frère l’e-Niro, il en reprend la base technique avec deux motorisations au choix : 100 kW (136 ch) avec batterie de 39,2 kWh, ou 150 kW (204 ch) avec batterie de 64 kWh. Cette dernière assure de belles performances et une autonomie maximale de 452 km (WLTP).