S’appuyer sur les outils et les conseils des prestataires

Avec l’aide de leurs prestataires, les gestionnaires de parcs suivent de près les données relatives à la consommation et au kilométrage des véhicules pour être plus performants. Ils tentent aussi de se lancer dans l’entretien préventif.

- Magazine N°150
453

Un grand nombre de parcs automobiles sont gérés, y compris pour l’entretien, dans le cadre de LLD et les responsables de parcs se fient au prestataire et au carnet du constructeur. Seuls quelques grands parcs disposent d’un atelier comme Decaux en Ile-de-France. Pour certains VU spéciaux, les sociétés sont vigilantes : « Nous menons des audits auprès des prestataires loueurs pour nos VU frigorifiques afin notamment de vérifier le recyclage des batteries, des huiles,… », indique Joëlle Labadie de Sodexo.

Côté pneumatiques, le pneu vert qui équipe les véhicules de Decaux et de Pernod, par exemple, ne fait pas toujours des émules. « Les pneus traditionnels sont plus verts qu’il y a dix ans. Le pneu vert qui est nettement plus cher est-il nettement plus performant ? », s’interroge Baudouin de Mégille, responsable du parc de Veolia Environnement. Et de poursuivre : « Il faut réfléchir sur l’ensemble de la chaîne de production, la fabrication du caoutchouc étant très polluante. »

Un entretien adapté des pneus est aussi primordial, souligne Bruno Guibeaud, expert en automobile et responsable national du regroupement EQE (Europe qualité expertise). « Il faut prendre en compte l’utilisation du véhicule. Ainsi, si celui-ci est utilisé en milieu rural, les pneus sont sujets à une usure importante, notamment au niveau du train avant. Permuter les pneus entre l’avant et l’arrière permet un meilleur équilibrage et entraîne des économies de carburant et une meilleure longévité », explique-t-il.

Pour ce conseiller et expert, une des solutions est l’entretien préventif. « Il s’agit, explique-t-il, d’aller au-delà de ce que conseillent les constructeurs pour permettre des économies d’énergie et optimiser également les passages en atelier. Ainsi, si le système de distribution est révisé à 90 000 km, il est intéressant de profiter de cette révision pour changer préventivement les pompes à eau, afin d’éviter un second passage en atelier Les passages en ateliers, sources de pollution, sont alors réduits. » A l’AP-HP, un groupe de travail réfléchit sur l’entretien préventif, mais aussi sur la réduction de la consommation et sur une politique de mutualisation et de renouvellement de véhicules. « Nous devrions pouvoir ainsi, grâce à des propositions concrètes qui seront présentées en fin d’année, réduire le nombre de véhicules en service, diminuer le kilométrage total parcouru, la consommation de carburant et les émissions de polluants », explique Christian Perrin. Concernant le lavage des véhicules, certaines sociétés comme Pernod font appel à Ecowash qui se déplace une fois par semaine sur son site. Ce système écologique « utilise un composé polymère exclusif qui soulève la saleté en surface sur la peinture et l’encapsule dans un lubrifiant. Chaque lavage économise plus de 200 litres d’eau potable », souligne la société.

Consommation et kilométrages à l’œil !

La LLD offre certains avantages. Les contrats associant un nombre de mois à un kilométrage incitent les responsables de parcs à effectuer une surveillance. « Nous avons tendance à demander aux collaborateurs de justifier leurs déplacements en cas de dérive », souligne le responsable du parc du Conseil général du Haut-Rhin. « Grâce à ALD et CGE, et la carte carburant Total GR, nous bénéficions de données quotidiennes sur la consommation et mensuelles sur le kilométrage. Cela nous permet d’alerter ceux qui dépassent les barèmes de consommation kilométrique et aussi de changer de durée de contrat si nécessaire », explique Pascal Leroy, responsable du parc de La Voix du Nord et Nord Eclair.

Pour ceux qui aménagent leurs utilitaires, « un des objectifs est d’alléger la caisse afin d’augmenter la charge utile, et ainsi de réduire le nombre de véhicules en circulation », explique Joëlle Labadie. Autres réflexions : faut-il conserver la roue de secours alors que les conducteurs font appel au service d’assistance en cas de crevaison ? « Nous examinons aussi l’intérêt des portes blindées pour nos véhicules qui transportent du matériel. Nous comptons vérifier si ce blindage est utile, notamment en comparant le gain en poids et la sinistralité potentielle », ajoute la responsable de Sodexo.