Secteur public : les flottes se réinventent

Pour réduire les coûts, les flottes du secteur public doivent innover et remettre en cause fonctionnements et modes de gestion. Avec de multiples initiatives des gestionnaires de parc, qui couvrent aussi bien l’élaboration des car policies que les comportements de conduite des agents, en passant par l’optimisation de l’approvisionnement en pièces détachées.

- Magazine N°243
1534
Secteur public - À la tête d’une flotte de 447 véhicules, la mairie de Cannes joue la carte de la responsabilisation des conducteurs en refacturant chaque trimestre auprès de leur service les casses et les mauvaises utilisations des véhicules.
À la tête d’une flotte de 447 véhicules, la mairie de Cannes joue la carte de la responsabilisation des conducteurs en refacturant chaque trimestre auprès de leur service les casses et les mauvaises utilisations des véhicules.

Parmi les pistes de baisse des coûts dans les flottes publiques, la première reste bien sûr la diminution du nombre de véhicules. Les circulaires ministérielles successives l’ont prévue pour les flottes de l’État en demandant le retrait des véhicules avec plus de 120 000 km au compteur, au plus tard dans leur septième année (voir l’encadré ci-dessous).

Dans les collectivités, la suppression des véhicules est aussi une piste envisagée. Elle s’effectue le plus souvent en ciblant les modèles peu ou pas employés. « Depuis quatre ans, nous avons réduit le nombre de véhicules de 121 sur 590 à l’époque », rappelle Thierry Gaudineau, directeur du parc...