Sécurité routière sur autoroute : des progrès relatifs en 2016

Si la mortalité routière a reculé en 2016 sur les autoroutes, il reste des comportements à changer pour faire mieux, selon l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA).

1409
Autoroutes

Sur les autoroutes, la mortalité routière a affiché une baisse notable en 2016 (- 9,4 %) sur l’ensemble du réseau français. Une baisse qui s’inscrit, selon l’ASFA, dans une tendance générale de réduction de moitié du nombre de tués depuis 2000.

L’ASFA attire toutefois l’attention sur les facteurs d’accidents dont la somnolence au volant. Celle-ci reste la première cause d’accidents mortels sur autoroute : elle intervenant dans 27 % de ces accidents, et jusqu’à 40 % la nuit et après la pause déjeuner.

Somnolence, inattention et vitesse

L’inattention, liée en particulier à l’usage de distracteurs tels que le téléphone, représente 16 % des accidents mortels, comme la vitesse excessive. Pour ces accidents mortels, sont majoritairement concernés les jeunes hommes de moins de 35 ans. Quant aux accidents mortels faisant intervenir alcool, drogues ou stupéfiants, ils se sont affichés en net recul : 22 accidents en 2016, contre 37 un an plus tôt.

L’ASFA s’alarme cependant d’une hausse « inquiétante et inacceptable » concernant les mises en danger des intervenants sur autoroute : le chiffre a atteint les 124 accidents en 2016 (dont un ouvrier tué sur l’A1 le 14 mars) et déjà 94 accidents pour les six premiers mois de l’année 2017.

La dernière brève sur l’Asfa.