Sécurité routière : les chiffres repartent à la hausse en mai

D’après les données de l’ONISR, 294 personnes ont perdu la vie sur les routes en mai 2016, un chiffre en hausse de 10,1 %. Les autres indicateurs suivent eux aussi cette tendance.

654
Sécurité routière : les chiffres repartent à la hausse en mai

Si avril avait quelque peu stoppé l’hémorragie de la mortalité routière en 2016, mai vient hélas confirmer une tendance lourde : le nombre de personnes tuées sur les routes en France n’en finit plus de croître. Ainsi, d’après les statistiques de l’ONISR, 294 personnes ont perdu la vie sur cette période, un chiffre en hausse de 10,1 % sur un an. Et la Sécurité Routière de préciser : « Cette augmentation représente 27 personnes tuées en plus sur les routes. »

Tous les autres indicateurs de la Sécurité Routière, à savoir les accidents corporels (+ 3,6 %), le nombre de blessés (+ 2,9 %) et le nombre de personnes hospitalisées (+ 2,6 %), sont, eux, aussi repartis à la hausse en mai.

Pour l’ONISR, « le mois de mai 2016 est caractérisé par une accidentalité très contrastée. Des accidents particulièrement graves ont endeuillé le pont de l’Ascension (62 décès du mercredi au dimanche contre 41 en mai 2015, soit 21 personnes tuées en plus) et celui de la Pentecôte avec 48 décès du vendredi au lundi, contre 32 en mai 2015, soit 16 personnes tuées en plus ». L’instance a aussi observé sur cette période « une forte mortalité motocycliste et piétonne ».

Un bilan à 5 mois préoccupant

Dans le sillage de ces mauvais chiffres de mai, le bilan depuis début 2016 est lui aussi préoccupant. Le nombre de décès sur les routes s’affiche en hausse de 3,8 % avec 1 288 personnes tuées contre 1 241 en 2015. Les accidents corporels ont augmenté de 1,2 % avec 21 891 personnes concernées, contre 21 637 en 2015 ; le nombre de conducteurs blessés sur les routes a lui augmenté de 1,6 % (27 411 personnes contre 26 980). Enfin, le nombre de personnes hospitalisées s’est orienté aussi à la hausse (+ 1,7 %), passant de 9 724 à 9 887.

Et l’ONISR de conclure : « Ces résultats préoccupants confortent le gouvernement dans sa volonté d’appliquer toutes les mesures prises par le Comité interministériel du 2 octobre 2015 ».

PARTAGER SUR