Publi-Communiqué

7 – Former régulièrement les conducteurs

785
sécurité routière

Certaines formations initiales et continues sont obligatoires, dont celles spécifiques pour la conduite d’un poids lourd ou d’un véhicule de transport de voyageurs (plus de 9 places). L’employeur doit d’ailleurs veiller au respect de leur obtention (L-3314-1 et R-3314-10 du Code des transports pour la formation initiale et continue des PL).

Des formations complémentaires doivent aussi être proposées aux conducteurs en rapport avec leur activité. Ainsi, le monde des transports routiers intègre le plus souvent, dans les formations obligatoires, l’apprentissage des nouveaux équipements embarqués. En revanche, aucune formation n’est obligatoire pour la conduite d’une voiture particulière ou d’un utilitaire léger dans un cadre professionnel. Néanmoins, il ne faut pas attendre la répétition d’incidents ou d’accidents pour imposer à un conducteur une formation supplémentaire.

Dispensées sur route, sur circuit ou sur simulateur, les formations peuvent concerner des expériences ciblées, comme la simulation d’une conduite en état d’ivresse ou l’essai en pratique d’une voiture-tonneau. Autre piste : les formations à l’éco-conduite, doublées d’outils télématiques de suivi de la conduite, font reculer la consommation de carburant et les émissions de CO2, tout en mettant l’accent sur la sécurité.

L’entreprise doit conserver une trace écrite des formations de ses salariés et de leur présence effective. Elle doit pouvoir justifier auprès des autorités judiciaires de la réalité des formations, de leur contenu, et de l’adéquation avec le but recherché.

Le dernier dossier de Flottes Automobiles sur la sécurité routière

Le dernier dossier de Flottes Automobiles sur la sécurité routière et l’éco-conduite

PARTAGER SUR