Sécurité routière : le ministère de l’Économie et des finances s’engage

Le ministère de l’Économie et des finances est le premier ministère à signer les sept engagements de l’appel national aux entreprises « Route plus sûre ».

1310
Signature de la charte « Engagements du ministère de l’Economie et des Finances en faveur de la sécurité routière » par Laurent de JEKHOWSKY, Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, en présence d’Emmanuel BARBE, Délégué interministériel à la Sécurité routière
Signature de la charte « Engagements du ministère de l’Economie et des Finances en faveur de la sécurité routière » par Laurent de JEKHOWSKY (à droite), Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, en présence d’Emmanuel BARBE (à gauche), Délégué interministériel à la Sécurité routière

Suite à l’appel national aux entreprises lancé le 11 octobre 2016 par les ministres du Travail et de l’Intérieur (voir notre brève), le ministère de l’Économie et des finances a signé une charte de sept engagements destinés à assurer la sécurité de ses agents sur les routes :

  • Proscription des conversations téléphoniques au volant
  • Sobriété exigée sur la route
  • Port obligatoire de la ceinture de sécurité
  • Respect des limitations de vitesse
  • Temps de repos intégrés dans le calcul des temps de trajet
  • Sensibilisation et formation des agents à la sécurité routière et à l’écoconduite
  • Promotion des équipements de sécurité pour les conducteurs de deux-roues

Ces engagements impliqueront les 144 000 agents du ministère, pour l’usage d’un véhicule dans le cadre professionnel comme pour leurs déplacements personnels. Cette démarche doit contribuer à atteindre l’objectif fixé par la commission européenne et repris par le gouvernement français de réduire de moitié le nombre de morts sur les routes entre 2010 et 2020 (voir notre brève).

À l’heure actuelle, près de 500 entreprises ont déjà signé cet appel national. Suite à l’engagement du ministère de l’Économie et des finances, d’autres acteurs publics disposant de flottes pourraient suivre le mouvement.

PARTAGER SUR