Sécurité routière : organiser le travail et les déplacements

"Un conducteur pressé aura tendance à appuyer sur le champignon alors que le gain théorique est très faible : 7 minutes sur un trajet de 100 km si le véhicule roule à 140 au lieu de 120 km/h", rappelle Julien Tonner, ingénieur conseil au pôle risques physiques et technologiques de la Cramif.
1664

Des chiffres qui devraient faire réfléchir. Si rien ne sert de se presser, mieux vaut donc partir à temps. Pour respecter cet adage, l’entreprise doit réfléchir sur l’organisation du travail et des déplacements. « L’employeur a tout intérêt à ce que le conducteur n’arrive pas fatigué sur le chantier« , souligne Julien Tonner. « Lors des trajets avec des temps de plus de deux heures, nous veillons toujours à ce que deux personnes soient à bord pour qu’il y ait une possibilité de relais », complète Jean-Baptiste Bellochio, directeur général de Minich SAS, spécialiste du génie électrique et énergétique.

« Il y a deux manières...

PARTAGER SUR