Sécurité routière : tous les indicateurs dans le rouge

INFOGRAPHIE - D’après les données de l’ONISR, 257 personnes ont perdu la vie en mars, un chiffre en hausse de 14,2 %. Tous les autres indicateurs suivent cette hausse inquiétante.

711
Sécurité routière : tous les indicateurs dans le rouge

Mois après mois, la tendance se confirme : les chiffres de la Sécurité Routière, après des années de baisse, repartent à la hausse. Après un mois de février déjà dans le rouge, mars suit la même tendance. Ainsi, d’après l’ONISR, 257 personnes ont perdu la vie sur les routes de France durant cette période, un chiffre en hausse de 14,2 % sur un an. Tous les autres indicateurs de la Sécurité Routière, à savoir les accidents corporels (+ 4,1 %), le nombre de blessés (+ 5,4 %) et le nombre de personnes hospitalisées (+ 5,3 %), sont, eux, encore une fois à la hausse.

Expliquant que 12 personnes ont perdu la vie « dans un seul accident impliquant un minibus et un poids lourd dans l’Allier », la Sécurité Routière a également tenu à rappeler « qu’en ces périodes de vacances scolaires génératrices de déplacements et de chassés-croisés », tous les conducteurs devaient faire preuve « de la plus grande prudence pour leur sécurité et celle des autres ».

Un premier trimestre alarmant

Le bilan à l’issue de ce premier trimestre est dans la droite ligne de mars : dans le rouge avec 749 décès sur les routes. En trois mois, « le nombre de personnes tuées est en hausse de 3,3 %, ce qui représente 24 personnes tuées en plus par rapport au premier trimestre de l’année précédente », spécifie l’ONISR. Les accidents corporels ont augmenté de 5,2 % avec 12 760 personnes concernées, contre 12 126 en 2015 ; le nombre de conducteurs blessés sur les routes a lui augmenté de 6,2 % (15 598 personnes contre 15 064). Enfin, le nombre de personnes hospitalisées s’est orienté aussi à la hausse (+ 6,8 %), passant de 5 224 à 5 580.

Face à cette situation, « il a été demandé aux préfets, par une circulaire en date du 31 mars, d’accentuer les contrôles routiers et de solliciter la mobilisation des maires pour que les polices municipales viennent renforcer l’action des forces de l’ordre », a annoncé l’ONISR.

PARTAGER SUR