Sécurité routière : la TPE Ovodis récompensée

Ovodis, TPE spécialisée en commercialisation de produits frais dans les Pyrénées-Atlantiques (64), a remporté le 26 novembre le prix « Les Pros de la sécurité routière » pour les formations organisées à destination de ses 12 salariés.

466
trophee pro de la securite routiere

Dans le cadre du concours « Les Pros ont du talent », la Sécurité routière récompense chaque année depuis 2017 des TPE-PME qui ont déployé des actions pour optimiser la sécurité de leurs collaborateurs ou de leurs clients sur la route. En 2019, c’est la société Ovodis, spécialisée en commercialisation de produits frais dans les Pyrénées-Atlantiques (64), qui a remporté le prix « Les Pros de la sécurité routière ».

Cette TPE organise en effet des formations à la sécurité routière pour ses 12 salariés, et notamment ses chauffeurs-livreurs qui parcourent en moyenne 300 km par jour. « Ce qui est mis en place agit comme une piqûre de rappel sur les fondamentaux des comportements à adopter en conduite automobile, explique Nathalie Pychou, dirigeante d’Ovodis, Nous allons d’ailleurs intégrer à ce programme les collaborateurs sédentaires. En effet, même si seuls les trajets domicile-lieu de travail sont concernés, ces salariés vont bénéficier des bienfaits de ces sessions de formation. »

De plus, des process ont été mis en place pour les commandes, le chargement des camions et les livraisons. « Pour garantir la sécurité des déplacements, nous prenons en compte le facteur stress et faisons en sorte que les tournées soient parfaitement établies à l’avance, que rien ne soit déclenché en situation d’urgence », complète Nathalie Pychou. Des démarches efficaces : « S’il est très difficile de quantifier les résultats, force est toutefois de constater que nous n’avons pas, à ce jour, relevé d’accident mineur ou majeur », se félicite-t-elle.

Le prix « coup de cœur » décerné à Citeos

En parallèle, Marie-Laure Gérard, animatrice QSE chez Citeos Ingénierie Nord à Lille (59), a remporté le prix « coup de cœur » du jury pour l’organisation d’une semaine de prévention au risque routier pour les 8 salariés de la filiale Citéos Région Lumières, un bureau d’études en maintenance et exploitation d’éclairages urbains.

Cette initiative s’inscrit dans un projet de sécurité routière plus global : « Toute personne arrivant dans l’entreprise fait déjà une formation théorique et pratique à la conduite, détaille Marie-Laure Gérard. Ensuite, on organise des “causeries” autour du thème zéro accident avec des projections de vidéos “choc” pour montrer que sur la route une attitude sérieuse et responsable s’impose. » Ces actions auraient selon elle permis une diminution des écarts de conduite d’environ 50 % depuis leur démarrage.

Deux autres entreprises avaient aussi été nommées pour ce prix : le spécialiste des services à la personne Confiez-Nous Sud opérant dans la Haute-Vienne (87) et la boulangerie-pâtisserie Fournil des Albères de Maison Castro (66).

Des courts-métrages pédagogiques chez Confiez-Nous Sud

« Dans un contexte où une partie de nos salariés passent leur journée sur la route, il me semblait indispensable de mener des actions de prévention, témoigne Laëtitia Buisson, P-DG et directrice de Confiez-Nous Sud qui a organisé des visionnages de courts-métrages pédagogiques rémunérés comme des heures de travail. « Après les visionnages des sessions des courts-métrages, les salariés dans leur grande majorité ont été très touchés par les images et les messages véhiculés par les témoignages et autres commentaires des forces de l’ordre, estime-t-elle. Ils ont pu juger des progrès qu’ils peuvent faire pour éviter que la route ne devienne un lieu de stress, ou pire, un drame. » À noter que ces sessions de visionnage étaient suivies de quizz dont les résultats serviront à mettre en place des formations individuelles sur mesure.

Des discussions préventives au Fournil des Albères

« En raison d’une double expérience malheureuse liée à l’usage de la route, la sensibilisation à la sécurité routière me paraît être une action naturelle, témoigne de son côté Emmanuel Castro, gérant du Fournil des Albères. Mes collaborateurs effectuent des trajets quotidiens d’environ une heure, tous les jours, tôt le matin entre 6 et 7 heures. Ce sont ces typologies de trajets qui sont les plus accidentogènes. » Ce dirigeant a donc quotidiennement des discussions préventives avec ses salariés, tout en s’assurant du bon état de la flotte de véhicules. Résultat : « La route ne fait, pour le moment, aucun dégât important, témoigne-t-il. la preuve dernièrement avec un employé qui a heurté un troupeau de sangliers. Comme il roulait doucement, les dégâts subis sont juste matériels. »

Des mesures variées dans les TPE-PME

Mais les TPE-PME pourront aussi s’inspirer des bonnes pratiques mises en place par les autres candidats au prix. Parmi eux, Yvon Moreau, dirigeant d’une SARL de menuiserie-charpenterie à Les Épesses (85), a fait passer le permis remorque à une partie de ses salariés. Ces derniers ont ainsi repassé le code. Rémi Loseto, patron du distributeur d’appareils de chauffage ENR Distribution à Douvrin (62), était aussi en lice : « Je mets à disposition de mes salariés des véhicules robustes, renouvelés tous les trois ans, indique-t-il à la Sécurité routière. L’alcool est évidemment interdit, tout comme les déplacements en cas de neige. Et toujours dans le but de réduire le nombre d’accidents, je donne un budget illimité pour les frais d’hébergement. »

De son côté, François Bourgon, patron de la fromagerie Xavir à Toulouse (31), demande à ses salariés qui livrent à vélo, en voiture et en camion de faire attention aux piétons et aux véhicules lents en centre-ville. Benjamin Boudet, dirigeant de la société d’ébénisterie et d’agencement sur mesure ID-Sign à Amiens (80), fait quant à lui attention à l’état et l’équipement de ses utilitaires, avec par exemple l’ajout d’airbags.

Une gestion plus souple des déplacements

Autre candidat : Frank Riviera, gérant de Riviera Pressing à Saint-Laurent-du-Var (06,) qui témoigne auprès de la Sécurité routière : « Nous effectuons 40 000 km par an avec nos véhicules de société, nous rappelons donc régulièrement à nos salariés combien il est important de respecter le code de la route afin de ne prendre aucun risque pour eux-mêmes et pour les autres. Nous incitons également tous ceux qui le peuvent à emprunter les transports en commun. »

Enfin, Damien Cottebrune, patron de la société de vente et réparation d’appareils domestiques Livermore à Cherbourg-en-Cotentin (50), autorise à ses salariés une certaine souplesse horaire : « Ce qui compte pour moi, c’est que mes salariés soient « zen » sur la route, explique-t-il à la Sécurité routière. Je leur explique que 15 minutes de retard, ce n’est pas bien grave : il suffit de prévenir avant le départ. »

En 2018, l’Onisr a enregistré environ 24 000 accidents et 500 décès lors d’un déplacement professionnel, pour une mission ou un trajet domicile-travail. Ce qui fait de la route le premier risque mortel au travail, rappelle la Sécurité routière. Les accidents de la route seraient en outre à l’origine de 4 millions de journées de travail perdues. À l’heure actuelle, 1 400 entreprises – représentant environ 3 millions de salariés – ont signé la charte de 7 engagements établie lors du lancement de l’Appel national des employeurs engagés en faveur de la sécurité routière.