Skoda Octavia 2.0 TDI 116 ch : un long fleuve tranquille

La dernière Skoda Octavia optimise les fondamentaux qui ont fait le succès des trois précédentes générations, surtout avec ce nouveau 2.0 turbo-diesel.
3554
Skoda Octavia 2.0 TDI 116 ch

Skoda a bâti sa réputation sur son Octavia devenue une icône en Europe. Une Octavia qui avait pour objectif d’en offrir plus qu’une Golf dont elle reprenait la plate-forme et les groupes motopropulseurs, ainsi que le sérieux et la qualité de fabrication. Le tout à un prix nettement plus abordable. Pour cette quatrième génération, les prestations sont toujours de haut niveau avec un encombrement à son maximum pour cette plate-forme MQB Evo qui sert également aux Leon, A3 et Golf (voir l’essai).

Le style de cette grande berline n’est pas des plus sexy dans la production de Skoda ‒ la plus compacte Scala et la grande limousine Superb se montrent plus séduisantes. Mais l’Octavia déroule son design passe-partout qui doit plaire à tout le monde. Idem à l’intérieur avec la planche de bord et la sellerie : à défaut d’enthousiasmer, elles ont l’avantage de l’ergonomie avec de larges compteurs numériques et des sièges confortables. La qualité de présentation et d’assemblage ne souffre aucune critique. La finition Business reste triste mais ses qualités sont ailleurs.

Skoda Octavia : un outil de travail

Car la Skoda Octavia 2.0 TDI est un outil de travail étonnant pour ses prestations dynamiques. Ce nouveau turbo-diesel 4-cylindres de 116 ch vient remplacer le 1.6 TDI obsolète en dépollution. Et il fait ici preuve de plus de douceur et de silence de fonctionnement, avec une capacité de traction bien supérieure à 300 Nm et une progressivité fort agréable dans les relances. La cylindrée plus imposante en est la principale raison. À l’usage, sa très bonne volonté à tous les régimes se révèle le plus surprenant ‒ la version en 150 ch paraissant inutile. Autre atout : nous avons consommé tout juste 5,0 l/100 km, tous parcours confondus, y compris sur autoroute, quasiment la valeur de l’homologation WLTP maximale ! Les 111-125 g de CO2 revendiqués sont donc bien réels et cette Octavia fait partie des voitures les plus sobres du marché, tous segments confondus.

Cerise sur le gâteau, l’Octavia ne dépasse pas les 30 000 euros TTC (+ 1 100 euros en break Combi, consommation identique). Dommage que la boîte double embrayage DSG7 lui soit refusée, même en option. Le litre de gazole supplémentaire l’aurait positionnée à 137 g environ.

Skoda Octavia

Skoda Octavia Business 5 p. 2.0 TDI 116 ch BVM6

Moteur (cm3) 1 968
Puissance/couple (ch/Nm) 116/300
Conso. mixte (l/100 km) 4,2-4,8
Émissions de CO2 (g/km) 111-125
Vitesse maxi (km/h) 211
0 à 100 km/h (s) 10,3
Poids à vide (kg) 1 423
Charge utile (kg) 524
Coffre (l) 600/1 555
L x l x h (mm) 4 689 x 1 829 x 1 470
À partir de (€ TTC) 29 280
Valeurs futures
Skoda Octavia 2.0 TDI 116 ch Business
Énergie Diesel
Boîte de vitesses Manuelle
Carrosserie Berline
Cylindrée (cm3) 1 968
CO2 (g/km) 0
CO2 mini 111
CO2 maxi 125
Ch din 116
Prix neuf TTC (€) 29 280
Mois 42
Km total 100 000
Valeur reprise TTC (€) 12 243
Valeur reprise 42 %
Valeur vente TTC (€) 14 352
Valeur vente 49 %
Source : Forecast Autovista, décembre 2020.

 

Notre avis

PLUS
Prestations dynamiques et moteur ● Qualité de fabrication ● Rapport prix/prestations


MOINS
Design sans séduction ● Pas de boîte auto ● Habitacle triste