Skoda s’invite dans le haut de gamme

Dans le groupe Volkswagen, la marque Skoda tisse petit à petit sa toile dans les entreprises.

- Magazine N°159
429

Outre les arguments de prix à prestations équivalentes pour les petites et compactes, elle fait depuis peu une entrée remarquée dans le haut de gamme avec sa Superb, grande berline dont le coffre s’ouvre aussi avec le hayon ou classiquement. Elle est aussi disponible depuis peu en break Combi de 4,84 m long, en tout point comparable à la VW Passat, à un prix inférieur. Sous le capot, on retrouve l’ancien 1.9 TDI 105 ch à injecteur pompe à 150 g, ainsi que le 2.0 TDI de 140 ch à 155 g. Ils sont complétés par le plus récent 2.0 TDI common rail de 170 ch à 153 g qui permet aussi d’accéder à la transmission 4×4 (168 g). Des valeurs valables en berline comme en break.

Chez Ford, c’est la Mondeo qui est proposée pour contrer l’Opel Insignia ou… la Skoda Superb ainsi que les berlines haut de gamme françaises. La troisième génération est maintenant à mi-vie : née en 2007, elle figurait à l’époque parmi les plus encombrantes de son segment, avec 4,78 m de longueur en berline 5 portes et 4,83 m en break. Des valeurs devenues la norme aujourd’hui. Comme les versions monospaces S-Max et Galaxy issues de la même plate-forme, la Ford Mondeo a droit au nouveau 2.0 TDCI issu de l’alliance avec Peugeot, conforme aux normes Euro 5, donc moins gourmand et polluant, tout en étant plus agréable à utiliser. Elle est proposée en trois puissances : 115 ch et 140 ch ou 163 ch avec la boîte double embrayage en option, en berline comme en break à 152 g. L’ancien 1.8 TDCI de 100 ch « maison » demeure au catalogue à 149 g et dans sa version Econetic à 125 ch et 139 g.