Software République : innover pour une mobilité intelligente et durable

Atos, Dassault Systèmes, Renault, STMicroelectronics et Thales se sont associés pour créer la « Software République » décrite comme « un nouvel écosystème d’open innovation dans la mobilité intelligente et durable ».
1099
Software République
Software République © Atos, Dassault Systèmes, groupe Renault, STMicroelectronics et Thales

Les cinq partenaires ont posé les fondements de la Software République le 9 avril 2021. Ils misent sur leurs expertises respectives – dans les domaines de l’intelligence artificielle, la cybersécurité, l’électronique embarquée, etc. – pour développer de nouveaux systèmes et des logiciels. Ces derniers contribueront à la commercialisation de nouvelles offres de mobilités durables pour les entreprises et les particuliers.

Les mobilités du futur à prévoir

Avec Software République, le consortium anticipe une prochaine « transformation de la mobilité », prédite notamment par le Boston Consulting Group. Selon ce cabinet de conseil en stratégie, le marché mondial de la mobilité va croître de 60 % d’ici 2035, pour atteindre 11 000 milliards d’euros. Les véhicules électriques et leurs services associés devraient représenter 45 % de part de marché (contre actuellement 5 %).

Les membres de la Software République ont ainsi déclaré « l’urgence pour la France et l’Europe de construire un écosystème durable collectif afin d’assurer leur souveraineté dans le domaine de la mobilité », face aux géants industriels d’autres continents.

Une gestion intelligente de la mobilité…

La Software République va coopérer sur différents axes de recherche. D’une part, l’organisation développera « des systèmes intelligents pour renforcer la cybersécurité entre le véhicule et ses environnements digital et physique. »

D’autre part, elle espère « optimiser les flux de mobilité sur les territoires à l’aide de systèmes de simulation et de gestion de données. » Concrètement, des logiciels aideraient les autorités publiques à modéliser des scénarios de mobilité en cas d’évènements d’urgence, par exemple. Autre application de ces systèmes : les urbanistes pourraient mieux anticiper l’aménagement de leurs territoires en fonction des demandes de mobilité.

Enfin, les recherches du consortium visent à simplifier l’expérience de la recharge. Les partenaires travaillent déjà sur le « Plug and Charge. » Ce nouveau service permettrait à une borne de recharge de reconnaître automatiquement la voiture électrique branchée. Ainsi, la facturation de la charge s’effectuerait sans aucune action de l’utilisateur.

… « durable » jusqu’au siège

La Software République s’implantera dans le bâtiment « Odyssée » du Technocentre Renault à Guyancourt (78). Dans un but « éco-responsable », cet espace de 12 000 m2 se composera entièrement de bois. Cette conception permettrait « une économie d’une tonne de CO2 par mètre carré construit par rapport à un bâtiment classique », estiment les partenaires. Enfin, des panneaux photovoltaïques recouvreront sa toiture d’une surface de 1 000 m2.

Promouvoir l’innovation

La Software République espère néanmoins coopérer avec d’autres entreprises. Elle va créer des fonds d’investissement pour financer les innovations de start-ups. En parallèle, l’organisation concevra un incubateur d’entreprises dans le domaine des technologies pour la mobilité intelligente. Ces entreprises collaboreront via la plateforme virtuelle de développement et d’expérimentation 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes. Enfin, elle prévoit d’organiser un « data challenge » pour élaborer des technologies de la mobilité électrique, connectée et autonome.

PARTAGER SUR