Stabilité chez Peugeot

Des ventes de voitures en baisse, des ventes d’utilitaires en hausse, Peugeot en matière de véhicules d’entreprises colle au marché.

- Magazine N°126
470

Des ventes stables

Quand les voitures chutent de 1,1 %, les utilitaires relèvent la tête de 1,8 %. Chez Peugeot, c’est donc un volume de 167 000 véhicules qui a été vendu aux entreprises dont 98 500 VP et 68 500 VU, soit une évolution de + 0,1 % par rapport à 2005. La répartition des ventes est orientée principalement vers les flottes (100 000 unités), la location longue durée (29 000) et vers les loueurs courte durée (35 000 unités). L’Administration n’a représenté cette année que 3 000 ventes. Un chiffre qui devrait nettement évoluer d’ici dans quelques mois avec le contrat de près de 20 000 véhicules que vient d’emporter Peugeot auprès du ministère de la Défense. Dans ses prévisions, le patron de Peugeot Parc Alliance, Franklin Langlois-Berthelot, envisage un marché stable et une évolution de 2 % de ses ventes aux entreprises cette année. Un objectif qui sera facilité par le plan produit de la marque : arrivée de la 308 en septembre, présentation du SUV 4007, restructuration de la gamme 407 et 607 et la gamme utilitaire quasi totalement renouvelée.

Les véhicules écologiques ont le vent en poupe

Comme la plupart de ses homologues, Franklin Langlois-Berthelot a constaté l’an passé que l’évolution de la TVS avait légèrement impacté le choix des entreprises par l’adoption de véhicules ayant des émissions de CO2 par km en dessous des seuils, par exemple sur le seuil des 140 g ou 160 g dans le plus haut de gamme. « Peugeot dans ce domaine, est déjà en avance par rapport à la concurrence car la marque propose aujourd’hui des véhicules émettant moins de 140 g de CO2 au km sur le segment B, M1 et M2 », précise le responsable de PPA.

Rationalisation des coûts

« Par ailleurs, les « cars policy » des entreprises se sont orientées plus vers les coûts d’usage du véhicule qu’auparavant. Certaines descentes en gamme ont été faites non pas à cause de la nouvelle TVS mais par soucis de rationalisation des parcs et d’économies budgétaires nécessaires », indique Franklin Langlois-Berthelot. « Il faut savoir aussi que certaines entreprises ont fait des choix en mettant en circulation des véhicules VP transformés en VU afin d’en réduire les coûts d’utilisations tout en ayant des véhicules équipés comme du VP. »

La concurrence arrive de l’étranger

Enfin, en matière de véhicules utilitaires, Franklin Langlois-Berthelot constate surtout que la croissance du marché VU est due à l’arrivée de marques étrangères qui n’étaient pas présentes sur le marché français avec des offres complètes sur l’ensemble des segments. « Il faut noter que dans un marché VU France en évolution de 5,2 %, les marques françaises évoluent de 3,0 % et les étrangers de 8,5 %. Enfin, un bon nombre de véhicules VP transformés et immatriculés en VU sont venus fortement impacter le marché VU. » Pour le patron de PPA, le marché des utilitaires pourrait encore évoluer sur 2007 mais de façon moins accentuée que ces deux dernières années.