Stages d’éco conduite, véhicules électriques : les loueurs favorisent le développement durable

Le développement durable s’invite de plus en plus dans les flottes. Moins à travers les véhicules verts qui y figurent que par la démarche écologique qui anime, tant les gestionnaires de parcs que leurs prestataires loueurs longue durée.

- Magazine N°150
651
Flotte verte

«La mobilité routière est responsable d’un quart des émissions de CO2 et s’avère également être le premier risque professionnel », rappelle Arval. Forts de cette constatation, la plupart des loueurs longue durée ont mis sur pied une démarche de formation à l’éco-conduite, qui passe par des partenariats avec des professionnels de la prévention des risques routiers. Les résultats sont au rendez-vous.

La fiscalité écologique instaurée en France à partir de 2006 a accéléré la prise de conscience et la mobilisation des professionnels de l’automobile. Certains loueurs ont démarré leur engagement plus tôt que les autres, à l’instar de GE Capital Solutions qui a déployé sa démarche «Green» dès 2005. D’ici 2010, le loueur américain entend investir 1,5 milliard de dollars annuels dans la recherche de technologies propres (contre 1,1 milliard actuellement). Ce programme pan-européen a pour objectif d’améliorer les performances environnementales des flottes de véhicules d’entreprise tout en optimisant leurs coûts. D’une façon générale, cette politique écologique est étroitement liée à l’évaluation du TCO, qui tient compte de plusieurs paramètres parmi lesquels le loyer financier, le coût du carburant, l’entretien, l’assurance.

Que recouvrent les offres vertes des loueurs ?

1. La mesure de l’empreinte environnementale des parcs

De l’avis des professionnels de la location longue durée, c’est la première étape d’une prise de conscience écologique. Elle est directement liée à l’entrée en vigueur de la nouvelle TVS en 2006 puis du bonus malus, le 1er janvier 2008. « C’est en quelque sorte le premier engagement vert des clients les moins matures. Pour les autres nous travaillons davantage sur la conduite éco-responsable », estime Jean-Loup Savigny, directeur commercial d’Arval France.

« Une société qui ne prend pas en compte la mesure de son empreinte environnementale prend un risque certain pour l’avenir », insiste Steven Blanchard, responsable marché Grands comptes chez LeasePlan. Le parc des véhicules d’entreprises a semble-t-il bien pris la dimension de cette fiscalité puisque désormais les véhicules de plus de 160 g ne pèsent plus que 15 % des immatriculations.

Il est vrai qu’une mauvaise sélection des modèles peut avoir des conséquences financières importantes pour un gestionnaire de parc. GE Capital Solutions, qui a étudié les politiques automobiles de 700 entreprises européennes, rappelle que 276 euros par véhicule par an peuvent être économisés grâce au choix d’un véhicule adapté aux besoins de la société. « Quant à la réduction des émissions de CO2 et de la consommation de carburant, elle peut conduire à des économies de l’ordre de 192 euros par an et par véhicule », insiste Thomas Zink. « En optimisant simplement sa consommation de carburant, une entreprise peut économiser 96 euros par an et par voiture.

Cette démarche environnementale ne se traduit pas pour le moment par une entrée en force des véhicules verts dans les parcs des entreprises ( type voitures électriques ou avec des carburants alternatifs).

« Sur le front des nouveaux carburants, nous sommes loin du compte en termes de réseau disponible. Il existe par ailleurs un frein psychologique à l’égard des modèles électriques à cause d’interrogations sur l’autonomie », remarque Thomas Zink, directeur marketing de GE Capital Solutions chez qui les véhicules alternatifs ne représentent qu’1 % de la flotte.

Il reste que les choses avancent aussi dans ce domaine, lentement mais sûrement. L’alliance Renault-Nissan a récemment conclu un partenariat avec LeasePlan pour promouvoir la mobilité « zéro émission ». Cette initiative vise ainsi a « déployer massivement la mobilité électrique », via une étude sur les moyens de promouvoir l’usage de ces types de véhicules parmi les clients flottes. Les constructeurs s’engagent aussi à définir les conditions de la mise à disposition de voitures électriques à LeasePlan. Pour la direction du loueur longue durée, « cette alliance avec Renault- Nissan est parfaitement en ligne avec la démarche GreenPlan pour les flottes et les parcs de véhicules dans le sens d’une plus grande responsabilité sociale » . Renault et Nissan entendent commercialiser une gamme de véhicules électriques aux Etats-Unis et au Japon à partir de 2010, ainsi qu’en Europe, l’année suivante (lire également sur le même thème l’article publié dans notre numéro 148).

2. Un service de prévention

Les chiffres commencent à être bien connus mais ils sont toujours intéressants à rappeler : 6 % des accidents de travail sont liés à l’automobile. Selon Arval, la mise en place d’une politique de prévention du risque routier dans un parc qui enregistre 100 accidents dans une année (pour un coût de 220 400 euros), peut escompter en année 3, une baisse totale de 31 % du nombre de ses accidents et une économie potentielle de 68 324 euros. Autre vérité de plus en plus admise, une conduite plus sécurisée et vertueuse est synonyme de consommation de carburant mieux maîtrisée. ALD Automotive a lancé en mai 2008 son service prévention. La filiale de la Société Générale s’est alliée pour l’occasion à Beltoise Evolution. « La prévention permet de faire baisser les coûts directs et les coûts connexes des accidents, notamment en termes d’absentéisme », insiste ALD Automotive. Les sessions se déroulent en général sur une journée dans l’un des 11 centres de l’ancien pilote de F1, répartis en France. Elles comportent une formation sur les avantages de l’ESP et sur l’importance des réglages des pneumatiques. Un test de conduite avec freinage d’urgence et évaluation des distances de sécurité est également inclus. Un parcours mixte (ville-campagne-zone industrielle) permet à chaque stagiaire de mettre en pratique les conseils qui auront été donnés.

Le partenariat entre le loueur longue durée et le préventeur va s’étoffer dans les prochains mois. « ALD Automotive a vocation à se positionner comme le loueur de la prévention », explique Laurent Corbellini, directeur marketing. ALD va apposer son logo sur quatre simulateurs de conduite : le plus puissant, installé à Trappes chez Beltoise Evolution, pourra également être présenté dans les salons. Les trois autres seront transportables chez les clients en province. Depuis le début de l’année 2009, 200 stages ont été réalisés par ALD, les sessions étant au maximum de 12 personnes. « Nous constatons que neuf appels d’offres sur 10 reçus présentent une demande spécifique et incontournable pour un volet prévention du risque routier et/ou éco conduite », précise le loueur en ajoutant que « 100 % de nos clients interrogés sont sensibles à la prévention du risque routier et à l’éco conduite, 90 % envisageant un projet à court ou moyen terme. »

3. Des programmes de conduite éco-responsables

LeasePlan a déployé son programme Green Plan (développé en Nouvelle –Zélande) depuis octobre de l’année dernière. Arval pour sa part a présenté son offre de conduite éco-responsable lors du dernier Mondial de l’Automobile à Paris. La filiale de BNP Paribas propose deux parties dans sa formation, lesquelles se veulent complémentaires : une partie théorique présente aux conducteurs les enjeux d’une conduite éco-responsable (risques liés à la conduite, facteurs de surconsommation, bonne utilisation des équipements). Une seconde partie, pratique elle, se déroule sur simulateur et donne au collaborateur la possibilité de mettre en application ce qu’on lui a expliqué précédemment.

A l’issue de sa formation, un livret lui est remis, qui reprend l’ensemble des principes étudiés pendant le stage. « Ces formations accueillent entre 10 et 12 personnes sur une journée, pour un coût de 1 500 à 1 800 euros HT, mais rapportent à l’entreprise jusqu’à 7 000 euros puisque l’on arrive à faire économiser de 10 à 15 l de carburant, rappelle Jean-Loup Savigny, directeur commercial pour la France. C’est actuellement l’un de nos thèmes de rendez-vous avec nos clients, qui se montrent nettement plus proactifs sur le développement durable. »

Chez LeasePlan, le programme Green- Plan comporte différentes thématiques, parmi lesquelles l’évaluation de l’empreinte écologique ou le choix des bons véhicules qui permettra de réduire le coût global d’utilisation du parc. Le loueur propose par ailleurs de suivre la consommation de carburant des parcs et l’évolution de la fiscalité des flottes. Il dispense en outre un certain nombre de conseils en terme d’entretien des véhicules loués pour réduire les émissions polluantes.

La promotion de l’éco-conduite se fait avec l’Automobile Club Prévention, via différentes actions telles que l’illustration d’une bonne politique de déplacement, l’organisation de stages de conduite et de sensibilisation au risque routier professionnel. La formation se déroule sur une journée, sur le site même du client, avec un outil embarqué qui permet de définir très rapidement les gisements d’économies en termes de consommation de carburant.

Le programme GreenPlan a récemment été certifié par l’un des principaux fournisseurs de services techniques,TÜV Rheinlnad Group, basé à Cologne. « Nous avons chez LeasePlan, une approche du problème de l’environnement vraiment différenciante de nos concurrents. Notre programme est probablement le plus abouti actuellement, de l’ensemble des acteurs de la location longue durée. Pour une raison simple : nous avons commencé nos réflexions en ce sens il y a maintenant plusieurs années et nous avons dons une certaine avance », soulignait Bart Beckers, président de LeasePlan France lors du lancement dans l’hexagone.

4. Des formations de e-learning

Proposée par Arval, cette formation sensibilise les conducteurs aux bons comportements à adopter au volant et à l’optimisation de l’utilisation des équipements de leur véhicule. Elle est basée sur un rappel des règles en vigueur, ce qui n’est pas inutile lorsqu’on sait qu’aujourd’hui 70 % des conducteurs environ, seraient recalés à l’examen théorique du permis de conduire, et sur l’adoption d’une conduite plus souple afin de diminuer les émissions de CO2 et autres polluants.

Baptisée « Conduite sûre et responsable », cette formation se compose de 11 modules (10 sur la sécurité routière et 1 sur la conduite éco-responsable). Elle permet aux collaborateurs d’une entreprise de tester eux-mêmes leurs connaissances. Les tarifs s’échelonnent de 30 euros par personne (pour 50 à 100 conducteurs), à 20 euros (entre 101 et 500 personnes) et 15 euros (au-delà de 500 collaborateurs).

Si la démarche développement durable est bien installée chez des loueurs comme GE Capital Solutions qui ont désormais plusieurs années de recul sur le sujet, elle est encore en phase de démarrage chez les derniers arrivés. « Nous avons déployé notre programme éco-responsable auprès de nos clients au premier trimestre et l’accueil semble pour l’instant très favorable de leur part », remarque cependant Jean-Loup Savigny. Il reste que toutes ces initiatives, pour être réellement efficaces, doivent être réitérées dans le temps, ne serait-ce que parce que de nouveaux collaborateurs intègrent les entreprises. Arval réfléchit ainsi à une extension de son action dans le temps, une sorte de piqûre de rappel au bout d’un an, avec un courrier aux collaborateurs, une nouvelle session de e-learning.

Pour Steven Blanchard chez LeasePlan, « les sociétés nous interrogent car elles ont aujourd’hui une vraie problématique de développement durable. D’ailleurs elles sont de plus en plus nombreuses à nommer en interne un responsable développement durable. Nous avons actuellement une vingtaine de sociétés qui sont en démarche pour lancer des programmes d’éco-conduite pour leurs collaborateurs.