Le stationnement intelligent séduit les entreprises

Grâce à des capteurs sans fil, il est désormais possible de connaître en temps réel les places occupées dans un parking, et même d’identifier le véhicule et son propriétaire.

1989
Stationnement intelligent - Nedap équipe le port d'Anvers

Ces technologies facilitant la gestion du stationnement intéressent de près les entreprises. La start-up toulousaine Parkisseo vient ainsi d’équiper le parking du télédiffuseur TDF, tandis que le spécialiste des technologies de stationnement Nedap a aménagé le port d’Anvers en Belgique.

En pratique, des capteurs sans fil à détection magnétique (complétée en option par de l’infrarouge dans le cas de Nedap) sont vissés, collés ou encastrés dans le sol au milieu de la place de parking. La durée de vie de leur batterie est généralement de cinq à dix ans. Les capteurs repèrent le statut d’occupation des places et remontent l’information en temps réel sous forme de carte au gestionnaire du parking. Ce dernier peut ainsi connaître le taux d’utilisation des places selon les jours et les horaires, identifier les véhicules ventouses ou encore optimiser le stationnement selon les catégories de places (places standards, PMR, véhicules électriques, visiteurs, VIP, véhicules d’urgence).

Stationnement intelligent : Parkisseo équipe le parking du siège social de TDF

Guider les utilisateurs vers les places libres

Côté utilisateur, les conducteurs sont guidés vers les places disponibles via des panneaux indicateurs ou via une application smartphone dans le cas de Parkisseo. Résultat : le temps de recherche de place est réduit et le trafic devient plus fluide dans le parking. Selon Nedap, l’installation du réseau de capteurs aurait permis de réduire les émissions de CO2 et de poussière fine dans le port d’Anvers.

Autre intérêt pour les entreprises : si l’utilisateur a enregistré son véhicule, le capteur installé sur la place est capable de l’identifier automatiquement. L’identification autorise une gestion plus fine des droits au stationnement, notamment pour les places réservées, mais peut poser des problèmes de confidentialité des données personnelles et de vie privée des salariés.

PARTAGER SUR