STMicroelectronics, un PDE de longue haleine

Maintenir un PDE dans la durée reste un défi de longue haleine. Ainsi, à Grenoble, ST-Microelectronics a débuté son action en 2000 et ne cesse d’améliorer son dispositif. « Depuis 2003, nous avons mis en place une base de données pour réaliser un suivi, sur la base du “commun accord“ », détaille Pascale Poblet, chef du projet du PDE chez le fabricant d’électronique.

- Magazine N°200
659


« Les personnes concernées remplissent un document dans lequel elles renouvellent leur accord tous les ans pour faire appel à un mode de transport alternatif. Elles le signent soit sous mode papier, soit sous mode électronique. Nous avons aussi une vraie présence physique avec un local destiné au PDE pour que les personnes puissent renouveler leurs abonnements aux transports en commun par exemple. Depuis trois mois, nous bénéficions aussi d’un terminal de la TAG (Transport de l’Agglomération Grenobloise) pour renouveler les abonnements. »

Et les résultats sont au rendez-vous. Sur les 2 300 salariés de l’entreprise, 1 500 recourent aux trajets alternatifs : vélo, transports en commun, transport électrique, covoiturage, etc. Le faible taux de déplacements électriques peut s’expliquer par la nouveauté de ce mode de transport.

Modes de déplacement des salariés de STMicroelectronics

Sur les 2 300 salariés de STMicroelectronics, 1 500 font appel à des modes alternatifs de déplacement : vélo, transports en commun, transport électrique, covoiturage, etc.