Publi-Communiqué

Stratégie – Renaulution, la nouvelle vague

Luca de Meo, le P-DG du groupe Renault, a présenté en début d’année son plan stratégique Renaulution. Au programme, 24 lancements produits d’ici 2025. Et cinq marques dans les starting-blocks : Renault, Alpine, Dacia, Lada et Mobilize.
940
Dacia Bigstert et Renault R5 prototype
Dacia Bigstert et Renault R5 prototype

Une nouvelle ère commence. Pour le groupe Renault, il s’agit d’incarner la modernité et l’innovation en matière de services, de technologies et de mobilité. Cette Renaulution s’incarne d’ores et déjà dans la Renault 5 Prototype, réinterprétation électrique et néo-rétro du modèle originel de 1972. Et d’ici 2025, Renault lancera quatorze nouveaux modèles dans sa gamme, dont la moitié 100 % électriques et positionnés sur les segments C et D. Des segments qui génèrent les plus gros volumes de ventes dans les marchés d’Europe, d’Amérique Latine et de Russie. À terme, tous les nouveaux modèles de la marque se déclineront en électrique ou en hybride. L’hybride devrait ainsi peser 35 % des ventes avec la technologie E-Tech, en hybride et hybride rechargeable.

Renault électrique et connecté

Leader de l’électromobilité depuis dix ans, Renault a déjà vendu plus de 300 000 véhicules électriques. Ce qui légitime son objectif de disposer de la plus grande capacité de production au monde pour ce type de véhicules en 2025. Pour ce faire, le constructeur va créer un « électro pôle » qui pourrait être implanté dans le Nord de la France. Il a aussi annoncé un projet de joint-venture avec Plug Power pour la commercialisation de véhicules et d’infrastructures hydrogène. Son objectif : proposer le panel de produits le plus vert d’Europe d’ici cinq ans. Au-delà, Renault souhaite devenir un « assembleur d’écosystèmes » en s’imposant comme un acteur clé des technologies du big data et de la cybersécurité. Une ambition qui se traduit par le concept de « Software République » et le « Sofware Lab » qui regroupe plus de 1 000 ingénieurs spécialisés dans les logiciels, les données et les services cloud. Cette structure développera et livrera des services connectés au groupe Renault. Enfin, le constructeur entend devenir un acteur clé de l’économie circulaire dans le domaine de la mobilité. Il transforme ainsi son site de Flins en Re-Factory pour reconditionner les véhicules d’occasion et les préparer à leur seconde vie, mais aussi pour reconditionner des batteries en fin de vie. Une première en Europe.

Dacia et Lada : cause commune

De leur côté, les marques Lada et Dacia, regroupées dans la même Business Unit, continueront à offrir des produits abordables, basés sur des technologies éprouvées, à travers une gamme de modèles qui se développera sur le segment C. Une seule et même plate-forme sera utilisée pour l’ensemble des véhicules des deux marques, tandis que le nombre de carrosseries sera ramené de 18 actuellement à onze. Le plan produits n’en sera pas moins soutenu avec le lancement de sept nouveaux modèles d’ici 2025, dont deux sur le segment C. Une prochaine génération de 4×4 verra le jour, avec notamment la réinterprétation du légendaire Lada Niva. L’efficacité énergétique restera au cœur du projet avec l’exploitation des technologies du groupe : le GPL pour les deux marques et le système hybride E-Tech pour Dacia.

Alpine s’émancipe

Pour sa part, la marque Alpine se réorganise et devient une entité du groupe réunissant les activités d’Alpine Cars, Renault Sport Cars et Renault Sport Racing. Elle se consacrera au développement de voitures de sport authentiques, exclusives et innovantes, destinées à des clients exigeants et passionnés. Alpine bénéficiera en outre de tout le savoir-faire technologique de Renault en Formule 1. Et deviendra la marque officielle du groupe pour la F1, à travers un engagement renouvelé en championnat. Les futures monoplaces porteront donc ses couleurs. Côté véhicules particuliers, Alpine mise sur un plan produits 100 % électriques avec deux plates-formes issues du groupe Renault (CMF-B et CMF-EV). Trois nouveaux modèles 100 % électriques seront lancés d’ici 2025 : une compacte, un SUV sportif et une remplaçante de l’actuelle A110 développée en partenariat avec Lotus. Ces modèles bénéficieront des capacités industrielles de Renault et de l’Alliance, de son réseau de distribution et des services financiers de RCI Bank and Services. De quoi garantir une compétitivité optimale.

Renault Mobilize et Alpine F1 Team

“Renaulution vise à transformer notre stratégie d’entreprise en la faisant passer du volume à la valeur. Nous allons redonner plus de force à nos marques, chacune avec son territoire clair et différencié. Nous passerons d’une entreprise automobile travaillant avec la technologie à une entreprise technologique travaillant avec des voitures.“

Luca De Meo, P-DG du Groupe Renault

Mobilize au-delà de l’automobile

Mobilize

Avec Mobilize, le groupe Renault se projette dans l’avenir. Cette nouvelle entité commerciale vise à proposer aux utilisateurs particuliers et professionnels de nouveaux usages de l’automobile et de la mobilité. Avec à la clé des solutions pour le transport de personnes et de biens d’un point A à un point B, avec ou sans voiture. De quoi répondre aux attentes des consommateurs, des entreprises, des villes et des régions.
Mobilize peut compter sur une gamme de quatre véhicules électriques : deux pour l’autopartage, un pour le service avec chauffeur et un pour la livraison urbaine du dernier kilomètre. Ces véhicules robustes au design spécifique sont conçus pour un usage intensif. Ils bénéficieront tous de l’expertise du groupe Renault en conception et en fabrication.
Les services de mobilité Mobilize pourront aussi s’appuyer sur l’expertise de RCI Bank and Services pour offrir des solutions de financement innovantes : abonnement, leasing ou paiement à l’usage (pay-as-you-go). Un moyen d’optimiser les coûts de possession d’une flotte. Des outils de gestion et d’optimisation seront également à disposition des clients entreprises.
Mobilize, qui devrait générer plus de 20 % des revenus du groupe d’ici 2030, s’appuiera sur Renault Software Factory, Software République et ses partenaires pour développer des algorithmes de pointe et des logiciels de traitement de données, avec à la clé une meilleure prévision de la demande des utilisateurs et une répartition optimisée des véhicules. L’objectif : accroître le taux d’utilisation des voitures et leur valeur résiduelle, tout en contribuant à l’objectif de neutralité carbone du groupe.

PARTAGER SUR