Stratégies convergentes dans le VO

- Magazine N°127
465

Les ventes aux particuliers ont le vent en poupe. Il est vrai que les loueurs sont contraints de diversifier les canaux d’écoulement de leurs voitures en fin de contrat. La fermeture du marché algérien, il y a un an, a bouleversé la donne et certains équilibres économiques de la filière.

Mais attention, pas question de proposer dans ces centres destinés aux clients particuliers des voitures ultra kilométrées. ALD Automotive qui a récemment ouvert son site de Coignières en région parisienne (voir F. A n° 126) présente par exemple des modèles ayant entre 1 et 5 ans d’existence, mais moins de 80 kilomètres. Actuellement les ventes aux clients particuliers représentent à peu près 10 % du total (le loueur revend 40 000 voitures au total). Le seuil de rentabilité de Coignières s’établit à 1 000 véhicules vendus, mais ALD attend quelque 2 000 transactions dès cette année.

Chez Arval, la direction a opté pour un site de revente en plein Paris, dans le 14ème arrondissement. L’objectif à terme est d’acquérir un point de revente classique (de type concessionnaire). Baptisé Autovalley, il est couplé à Internet et doit contribuer à enrayer le très fort développement annoncé des cessions de véhicules d’ici 2010. « Les ventes de véhicules d’occasion d’Arval devraient croître de 38,5 % entre 2006 et 2010, pour s’établir à cette date à 180 000 unités », insiste Philippe Noubel. Par ailleurs, le loueur a lancé en février 2006 une activité de trading, Arval Trading, qui affiche près de 4 000 opérations actuellement et qui permet d’envoyer des véhicules en Europe Centrale.