Suzuki remet son Ignis au goût du jour

À travers son restylage, la petite citadine Suzuki Ignis renforce son côté SUV. Et adopte également un nouveau moteur essence mild hybrid au rendement accru.

1545
Suzuki Ignis

Avec ses airs de mini-SUV et ses touches néo-rétro, la Suzuki Ignis cultive sa différence sur le marché des petites citadines depuis son lancement en 2016. Elle bénéficie cette année d’un discret restylage qui renforce son côté baroudeur, avec une nouvelle calandre à barrettes verticales façon Jeep, des boucliers avant et arrière équipés de sabots de protection argentés et des passages de roues élargis noirs. L’Ignis est disponible dans onze coloris mono-tons et sept coloris bi-tons.

Retouches intérieures minimes

À bord, l’ambiance évolue à peine. On retrouve un design simple et fonctionnel en harmonie avec le style extérieur. Seuls changements : la planche de bord intègre une nouvelle instrumentation sur fond blanc. Tandis que de nouveaux inserts gris métal foncé ou bleus, assortis à la sellerie des sièges, font leur apparition.

Hybridation légère

Côté mécanique, l’Ignis reçoit le nouveau moteur 1.2 Dualjet de 83 ch associé à un système d’hybridation légère avec une batterie lithium-ion à la capacité accrue (12 V). De quoi améliorer la consommation et les performances, notamment en usage urbain. À noter que cette version hybridée de l’Ignis (à partir de 114-116 g/km de CO2 en WLTP) est disponible avec une boîte automatique CVT en option (124-126 g). Et toujours avec la transmission intégrale Allgrip en option (123-126 g).

Le précédent essai de la Suzuki Ignis

 

PARTAGER SUR