Télématique : les constructeurs français multiplient les offres

Télématique : les constructeurs français multiplient les offres

En quelques mois, les annonces des constructeurs français se multiplient sur le dossier de la télématique. Avec une nouvelle offre à un prix défiant toute concurrence, le groupe PSA veut démocratiser cette technologie alors que Renault lance une solution pour les flottes par l’intermédiaire de Diac Location, sa captive.

- Magazine N°157
693
Télématique : les constructeurs français multiplient les offres

Les constructeurs français accélèrent sur le front de la télématique. Sous-jacente depuis quelques temps, cette offensive devrait permettre au marché de la géolocalisation et de la télématique d’exploser rapidement. Le groupe PSA a tiré le premier. Depuis septembre 2008, Citroën et Peugeot proposent un nouveau service de gestion de flottes automobiles à distance baptisé Active Fleet Data. Sans intervention du conducteur, le système envoie régulièrement des informations sur l’utilisation et l’état du véhicule. En se connectant au logiciel de gestion Interp@rc développé par le constructeur, le gestionnaire de la flotte obtient deux fois par semaine le kilométrage du compteur, le kilométrage restant avant la prochaine révision…, mais aussi des diagnostics techniques sur la boîte de vitesse, le système anti-pollution…

Lorsque le niveau d’huile est insuffisant, quand les plaquettes de frein sont usées ou lorsqu’un problème mécanique survient ou que la sécurité est en jeu, une alerte est envoyée en temps réel et sous forme de courrier électronique au gestionnaire de la flotte. Les informations sont collectées et remontées via un boîtier conçu par Masternaut et monté en aprèsvente.

Un tarif plus accessible

Mais l’offensive de PSA en matière de télématique remonte déjà à 2002. Date à laquelle Peugeot et Citroën ont déployé leurs services d’assistance autour des plates-formes communes RTX et NaviDrive qui intègrent dans un même module des fonctions de radio, de lecteur de CD, de téléphone GSM avec kit mains-libres et de navigation GPS.

Destiné aux particuliers comme aux entreprises, cet outil offre également la possibilité aux services de secours de géolocaliser le véhicule en cas d’accident ou d’urgence. Ce dispositif permet également de gagner du temps dans la mise en oeuvre de l’assistance : dépannage sur place, remorquage… Plus de 700 000 véhicules du groupe PSA sont aujourd’hui équipés de ce système en Europe. Mais l’investissement à consentir reste important puisque le système est commercialisé aux environs de 2 000 euros et nécessite une seconde carte SIM pour communiquer avec les services d’urgence.

Le groupe PSA a donc développé un nouveau boîtier qui lui permet de proposer toute une série de services à des tarifs plus accessibles et qui n’a besoin que d’une seule carte Sim pour communiquer. Ce boîtier est commercialisé à moins de 300 euros TTC, un prix qui inclut les services d’appel d’urgence et d’assistance géolocalisés et les communications téléphoniques et ce, sans limite de durée et sans abonnement.

7 ou 8 euros par mois

Pour les flottes, le groupe PSA utilise le même boîtier et propose les services d’Active Fleet Data à un prix défiant toute concurrence. « L’abonnement devrait atteindre seulement 7 ou 8 euros par mois », explique Dirk-Marco Adams qui contribue à définir la stratégie en matière de services pour les entreprises au sein de la direction centrale du marketing du groupe PSA. Et de poursuivre : « Avec cette nouvelle offre, nous voulons démocratiser l’appel d’urgence, l’assistance au dépannage et les services de gestion de flotte à distance. Grâce à ce système, les gestionnaires de flottes obtiennent notamment le kilométrage et la consommation réels de chaque véhicule. » Les informations sont remontées deux fois par semaine ou, si le responsable de la flotte le souhaite, quand le véhicule entre dans une zone sélectionnée qui peut être le siège de l’entreprise. Le développement de cette nouvelle solution baptisée Peugeot Connect pour la marque au lion et eTouch pour Citroën, accompagne les services développés par les marques autour de la mobilité durable. Ainsi, l’impact des formations à l’éco-conduite pourra être mesuré grâce aux informations sur la consommation transmises à partir du boîtier.

Pour le moment, le groupe PSA ne propose pas la géolocalisation en temps réel : « Cette fonction passe encore pour du flicage et les syndicats sont réticents », explique Dirk-Marco Adams. Mais, avec le développement des véhicules électriques, le boîtier indiquera également l’état de charge de la batterie et pourra, par exemple, envoyer cette information sur le smartphone du gestionnaire de flotte ou de l’utilisateur. Objectif du groupe PSA : un million de véhicules équipés à l’horizon 2011.

La technologie +

De son côté, Renault a lancé en septembre dernier une nouvelle offre de suivi de flottes à distance destinée aux clients de Diac Location, sa captive. Baptisée Car+, cette solution vise à concilier sécurité et gestion de flottes. « Pour nos clients, explique Sylvain Schuler, directeur marketing de Diac Location, restituer les informations et les fiabiliser est un dû. Car+ va nous aider dans ce sens. »

Autour du boîtier embarqué, Diac Location propose trois niveaux de services. Le premier est dédié à l’éco-conduite. Ainsi, les formations menées par les entreprises en matière de conduite économique pourront être évaluées grâce aux consommations remontées via la solution Car+. « Le carburant est le poste de dépense le plus important, explique Sylvain Schuler. Pour faire baisser le TCO, il représente un levier important sur lequel l’entreprise peut agir en menant des actions sur la conduite de ses collaborateurs. » Grâce au boîtier développé par Masternaut, Diac Location propose également la remontée des informations techniques avec un système d’alerte pour optimiser la flotte.

Enfin, la captive de Renault proposera un terminal nomade communicant à l’intention des conducteurs. Ce terminal intègrera un service de navigation classique, mais également un bouquet de services accessibles en temps réel qui permettra au conducteur de gagner en sérénité et en sécurité.

Hélas, malgré de multiples contacts, Renault n’a pas répondu à nos demandes d’interview pour obtenir davantage de détails sur sa stratégie en la matière. Dommage car de nombreuses entreprises cherchent aujourd’hui à évaluer les bénéfices enregistrées par la gestion de flotte à distance et par la géolocalisation. Bien que frémissant, le marché a encore besoin d’être conforté dans ses intentions pour prendre réellement son envol.  

Télématique : les constructeurs français multiplient les offres

PARTAGER SUR