Téléphone au volant : quels usages chez les professionnels ?

Selon une étude de l’IFSTTAR, 38 % des français utilisent leur téléphone en conduisant. Parmi eux, 82,4 % des professionnels l’utilisent fréquemment, principalement pour converser au volant.

2195
telephone au volant

L’Institut Français des Sciences et Technologies, des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR) a réalisé une étude sur l’utilisation du smartphone au volant, dans le cadre du projet TSICA (Téléphone et Systèmes d’information en Conduite Automobile). Selon les auteurs, l’enjeu est d’anticiper une problématique de sécurité routière émergente, portée par la pression sociale et le besoin de rester connecté. 2 843 français âgés de de 18 à 69 ans et conducteurs de véhicules (hors deux-roues motorisés) ont ainsi répondu à un questionnaire en ligne. Bilan : 1081 conducteurs ont déclaré utiliser leur téléphone au moins occasionnellement en conduisant, soit 38 % des sondés.

98,5 % des professionnels téléphonent au volant

Tout un pan de l’étude est consacré aux professionnels : les conducteurs qui roulent au moins 15 000 km par an et dont la moitié du temps passé sur les routes est consacré à leur activité professionnelle. Ces derniers présentent en effet un taux d’utilisation du téléphone bien supérieur à celui des autres conducteurs : 82,4 % d’entre eux l’utilisent fréquemment (au moins une fois par semaine) contre 59,3 % pour les non-professionnels. De plus, 98,5 % des professionnels passent ou reçoivent des appels en conduisant, et ce de manière plus fréquente que le reste de la population.

Des échanges majoritairement privés

Toutefois, seuls 45,5 % de ces conducteurs téléphonent majoritairement pour des raisons professionnelles, et ce sont des personnes remplissant des fonctions opérationnelles. La plupart des conversations téléphoniques sont simples mais longues, et servent à casser la monotonie des longs trajets et à se maintenir éveillé, notamment sur l’autoroute. De même, l’utilisation des SMS (49%) et des emails (51 %) est plutôt d’ordre privé. Les échanges professionnels directs sont davantage effectués oralement que par écrit.

Types d'échanges au volant chez les professionnels
Source : IFFSTAR – Fondation MAIF

Des comportements à risques plus fréquents

Les conducteurs professionnels sont plus nombreux que les autres conducteurs à prendre des photos en roulant (28 % contre 19 % pour les autres conducteurs), mais aussi à regarder des images animées (15 % des professionnels en regardent au moins de temps en temps contre 9 % des autres conducteurs). En revanche, mieux équipés, ils sont moins nombreux à utiliser un GPS sur smartphone (47% contre 56% pour l’ensemble des conducteurs).

Types d'usages du téléphone au volant : professionnels versus autres conducteurs
Source : IFFSTAR – Fondation MAIF

De manière générale, ces conducteurs professionnels se déclarent plus à l’aise pour manipuler leur téléphone au volant et plus enclins à y répondre, quelles que soient les conditions de circulation, ce qui en fait une population à risque. Ils sont en effet plus souvent sur les routes, et disposent d’équipements de sécurité dans leurs véhicules, ce qui influe sur leur perception du danger.

En conséquence, les auteurs de l’étude recommandent de promouvoir l’utilisation de commandes vocales ou d’un kit mains-libres, sans toutefois inciter à une pratique plus intensive des fonctionnalités du smartphone.

PARTAGER SUR